Paranoïa de Melissa Bellevigne

3
Mai

0

paranoia

Je viens de terminer le premier roman de Melissa Bellevigne (plus connue sous le pseudo de Golden Wendy) intitulé Paranoïa. Lisa Hernest est psychiatre. Elle est appelée pour s’occuper du cas de Judy Desforet, une jeune fille souffrant de troubles psychologiques qui a été retrouvée laissée pour morte dans les rue de Londres. La jeune fille, enceinte de quelques mois, a tenté, alors qu’elle était hospitalisée, de mettre fin à ses jours. Lisa va tenter de nouer le dialogue avec elle afin de protéger la vie du bébé à naitre. Petit à petit, Judy va ainsi accepter de se confier au médecin. Elle va lui raconter comment depuis sa plus tendre enfance, elle vit avec à ses côtés un garçon qu’elle est la seule à voir, Alwyn. Elle lui raconte aussi comment après avoir reçu une lettre de son arrière-grand-mère pour ses 20 ans, elle a décidé de partir à Londres à la recherche de ses aïeux mais aussi du mystérieux Alwyn.

Mon avis ? La mode est pour les blogueuses ou youtubeuses de tous poils de sortir un livre. Oui mais voilà, on ne s’improvise pas écrivain comme ça. Et c’est  le cas de Melissa Bellevigne et son premier roman Paranoïa. Commençons avec le style. Franchement c’est pas ça du tout. J’ai eu l’impression, même si ça s’arrange un peu sur la fin, de lire une rédaction de collégienne. Le style est très scolaire. C’est plat, limite ennuyeux. Ça, c’est dit.

Voyons voir l’histoire maintenant. Là aussi je n’ai pas été convaincue plus que ça. Le côté psychiatrique, clinique, logique est inexistant. Or on est là face à un roman fantastique et qui dit fantastique dit explication rationnelle (je vous le rappelle c’est la définition même du genre). Or là, il n’y a rien de tel. Certes Lisa  va déclarer face à son confrère, Judy malade. C’est tout. Les chapitres alternent entre Lisa et Judy. Mais les chapitres racontés du point de vue de Lisa n’apportent quasi rien à l’histoire. Il n’est alors question que d’elle, de sa super carrière, de son couple et de son désir d’enfant inassouvi. Croit-elle l’histoire de Judy ? Doute-t’elle de la véracité de celle-ci ? Bah on n’en sait rien en fait!! De fait les chapitres consacrés à Lisa ne servent à rien si ce n’est a poser le décor. Du coup j’ai eu un peu l’impression d’avoir été flouée.

Enfin dernier point même l’histoire d’Alwyn est bof. Alwyn c’est le fantôme qui accompagne Judy depuis son enfance, celui à qui elle parle et qui lui répond mais qu’elle est la seule à entendre. Pour percer le mystère d’Alwyn, Judy se rend à Londres. Commence ce qu’on croit être une enquête. Bah en fait non!! Alwyn va tout d’un coup retrouver la mémoire et tout lui raconter!!! C’est trop facile. Du coup ça n’a pas vraiment d’intérêt et on a du mal à s’intéresser vraiment à l’histoire!!

Bref, je vous conseille de ne pas vous arrêter sur ce roman. Paranoia de Mélissa Bellevigne ne mérite vraiment pas qu’on perde son temps avec!!

La quatrième de couverture : Lisa Hernest, psychiatre reconnue et spécialisée dans les cas complexes, est appelée à l’institut Saint-Vincent en périphérie de Paris. Elle va rencontrer sa nouvelle patiente : Judy Desforêt, internée pour paranoïa et hallucinations, enceinte de cinq mois et qui refuse de s’alimenter. Dès leur première entrevue, la jeune femme qui se dresse face à elle fait preuve d’une lucidité et d’un discernement hors pair. Et plus Lisa apprend à la connaître, plus leurs échanges viennent ébranler ses propres convictions professionnelles et personnelles. Entretien après entretien, Judy lui livre en effet une curieuse histoire, mêlant sa quête des racines familiales en Angleterre et la présence invisible d’un certain Alwyn, cet homme qui la suit comme son ombre depuis toujours. Progressivement, Lisa, l’experte en âmes fragiles, sent ses moyens lui échapper et Judy la déstabiliser. À mesure que les mois passent et que la date de l’accouchement approche, la vérité semble s’éloigner.

Prochaine lecture : Pour l’éternité de Peter James

Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 3 mai 2016 | Tagué avec: , , , | Quelque chose à ajouter ?

La star et son gorille au théâtre du Petit Gymnase

2
Mai

0

La semaine dernière, je suis allée au théâtre du petit Gymnase voir une nouvelle pièce, La Star et son Gorille écrite et interprétée par Franck Le Hen.

la star et son gorille

Le rideau se lève sur une chambre d’hôtel. Une tempête de neige bloque tout. Un chanteur de pacotille sur le déclin se retrouve bloqué dans une chambre de cet hôtel désertée avec son garde du corps. Tom Valentin, homo patenté doit faire des photos avec sa pseudo petite amie afin de tenter de relancer sa carrière. Cette dernière ne pouvant le rejoindre, il demande à son garde du corps de jouer le rôle. Pendant ce temps là, un dangereux criminel est en cavale dans la région.

la star et son gorille (3)

Avec cette nouvelle pièce, Franck Le Hen (c’est l’auteur de la pièce à succès Bonjour ivresse) a voulu écrire sur la différence. C’est ainsi pas un hasard s’il a mis dans la bouche de son personnage Tom Valentin, la chanson du générique de la série des années 80, Arnold et Willy. Vous savez : « Il faut de tout pour faire un monde », la, la, la… Pari gagné! Ça fonctionne. C’est drôle Smile On ne s’ennuie pas une seconde.

Comme dans Bonjour ivresse, j’ai beaucoup aimé l’usage des chansons qui viennent ponctuer le texte des deux personnages. Il y a la chanson de la série mais aussi I will survive de Gloria Gaynor. C’est toujours bien amené et ça porte le message que la pièce veut faire passer. Tenez si la chanson de Gloria Gaynor est pour Harry (le garde du corps) l’hymne de la coupe du monde de football, c’est pour Tom Valentin, un hymne gay et plus particulièrement celui des premiers malades du sida.

la star et son gorille (4)

Bon on retrouve (à mon avis) tous les ingrédients qui font le succès des pièces de Franck Le Hen à savoir un homo (ici Tom Valentin), des reprises de chansons.  Comme pour les autres pièces aussi (bon moi je n’ai vu que Bonjour ivresse mais le monsieur a écrit aussi Les homos préfèrent les blondes et Revenir un jour), c’est vachement bien foutu et on passe une sacrément bonne soirée!!! Alors on fonce applaudir Franck Le Hen et Kamel Djibaoui au théâtre du Petit Gymnase. Ils y sont jusqu’au 18 mai seulement Smile

C’est où ?

La star et son gorille

Théâtre du Petit Gymnase

38 boulevard Bonne nouvelle
75010 Paris

Jusqu’au 18 mai 2016

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rencontre avec Sophie Kinsella

30
Avr

0

Sophie Kinsella était de passage à Paris pour faire la promotion du huitième tome de la saga L’accro du Shopping intitulé L’accro au shopping à la rescousse à paraitre le 4 mai prochain (parallèlement L’accro au shopping à Hollywood sort en poche aux éditions Pocket). Après une séance de dédicace au Cultura de La Défense le mercredi, elle s’est prêtée au jeu des questions-réponses le jeudi soir devant un parterre de blogueuses. J’ai eu la chance de faire parie de la petite dizaine d’invitées et j’étais ravie. J’aime en effet beaucoup ses romans. J’ai lu presque toutes les aventures de L’accro au shopping (il me reste à lire L’accro au shopping à la rescousse que j’ai reçu en avant-première il y a quelques jours) mais aussi quelques-uns de ses romans one-shot comme Les petits secrets d’Emma ou encore Samantha, bonne à rien faire. J’en ai quelques autres encore dans ma PAL aussi (il faut bien faire durer un peu le plaisir, non ?).

sophie kinsella

La discussion s’est très vite engagée avec le public. Il faut dire que la dame est très abordable, drôle et sympa. L’heure qu’a duré la rencontre est passée à toute vitesse et on aurait bien voulu que cela dure un peu plus longtemps. La discussion s’est engagée par une question sur la provenance des jolies escarpins fleuris qu’elle portait mais aussi et surtout sur cette chère Becky et le rapport qu’elle entretient avec ses personnages. On a ainsi appris que si Becky était comme une vieille copine qu’elle prenait toujours plaisir à retrouver (nous aussi d’ailleurs), elle ne rêve pas d’elle (contrairement à son éditeur italien qui rêve des couvertures des romans). Une des participantes a voulu savoir si elle avait pensé à poursuivre les aventures d’Emma ou de Samantha par exemple. Et bien non, pour l’auteur, quand elle arrive à la fin de l’histoire, c’est fini bien fini. Alors certes quelques fois, elle se dit qu’elle va écrire une suite à l’un ou l’autre de ces romans, mais elle a une nouvelle idée qui vient chasser la précédente et elle ne le fait jamais.

nouveaux romans sophie kinsella (1)

On a aussi évoqué son roman Young Adult, Audrey retrouvée paru en mars dernier. A cette occasion, on lui a demandé si elle avait choisi délibérément de faire un roman ado. la réponse a été nom. Sophie Kinsella écrit sur tout ce qu’elle voit dans la vie. On lui a demandé aussi si elle ressemblait à la mère d’Audrey. Non, elle ne lui ressemble pas. Elle n’a jamais jeté un ordinateur pas la fenêtre (même si elle y a pensé très fort). Comme toutes les mères par contre, elle lit des trucs dans les magazine et se dit que cela serait bien de le faire aux grand dam de ses enfants Smile

La conversation s’est poursuivie sur L’accro au shopping et le personnage de Minnie, la fille de Becky (perso j’adore les A moooooiiiiiiiii!!!!! puis s’il te plaaaaiiiitttt!!!! de la petite fille). Alors non, elle ne s’est pas inspirée de sa propre fille pour écrire le personnage de la fille de Rebecca et de Luke. D’ailleurs, Minnie a été imaginée avant la naissance de sa propre fille. Pire dans ce cas, c’est presque la fiction qu’il l’a inspirée dans la vraie vie. Sophie Kinsella nous a ainsi avoué que quand il arrivait qu’elle renonce à s’acheter un nouveau vêtement, elle achetait pour sa fille parfois avec plusieurs tailles d’avance un peu comme Becky. D’ailleurs selon elle, on a tous un petit côté Becky. Même les hommes Smile

nouveaux romans sophie kinsella (2)

On a parlé aussi du formidable succès de la saga. Au départ, Sophie Kinsella a écrit un roman qu’elle pensait que liraient quelques filles autour d’elle. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il soit lu en Europe mais aussi aux États-Unis. On a abordé aussi la question du lectorat masculin. D’ailleurs c’est rigolo mais dans la salle, il n’y avait que des filles ce soir-là. Pourtant, pendant des lectures, l’auteure s’est rendu compte qu’il existait un lectorat masculin pour ses livres. Certains hommes connaissent en effet l’intrigue de ses romans et semblent par conséquent les avoir lu. Sophie Kinsella a suggéré que l’on mette des couvertures avec des pistolets ou des avions au lieu des couvertures girly pour attirer encore plus les lecteurs masculins. Why not ?

sophie kinsella (2)

Voilà, je crois que je vous ai tout dit Smile

Ah non, encore une chose : L’accro au shopping à la rescousse est la suite de L’accro au shopping à Hollywood. Il vaut donc mieux avoir lu le second avant de commencer le premier Smile

Rendez-vous sur Hellocoton !

Réminiscence, tome 1 : Pré-sentiment de Eloïse Clunet

26
Avr

0

reminiscence

J’ai reçu dans le cadre d’un partenariat sur Livraddict, Réminiscence, tome 1 : Pré-sentiment de Eloïse Clunet (merci à l’auteur pour cet envoi). Cassandre a vingt ans et suit une formation en commerce. C’est une jeune fille solitaire. Elle a peu d’amis et peine à s’en faire. Mais voilà, qu’un nouvel élève rejoint sa formation. Entre elle et le nouveau, l’attirance est immédiate.Très vite, Lucas et elle deviennent très vite amants en rêve mais aussi dans la réalité.Car Cassandre, comme Lucas, ont des pouvoirs psychiques. Cassandre a notamment des prémonitions et peut prédire l’avenir. Au contact de Lucas, elle développe aussi des facultés de télépathe. Mais voilà, ils ne sont pas les seuls à posséder ces étranges facultés. Et très vite, une rivale apparait qui ensorcèle Lucas et le détourne de Cassandre. La jeune fille trouve refuge auprès d’Aaron. Elle tente aussi de découvrir qui elle est vraiment et d’où lui viennent ses pouvoirs psychiques.

Mon avis ? Je vous avouerais que j’ai bien aimé ce tome 1 et qu’il me tarde de lire le tome 2 pour savoir ce qu’il va advenir de Cassandre. J’ai aimé l’idée de base : un trio amoureux qui se réincarne au fil des siècles. La jeune fille finissant alternativement entre les bras de l’un à de l’autre selon l’époque. Ce dernier point n’est qu’une conjecture de ma part à partir de ce que j’ai lu Smile A partir de là l’auteur développe une romance assez hot. Il y a deux hommes fous amoureux, une rivale jalouse. Bref tout ce qu’il faut pour ça. Malgré tout, Eloise Clunet réussit aussi à développer son histoire autour des pouvoirs psychiques des héros. Tout ça donne un roman plutôt sympa. Allez j’avoue, il y a quand même un truc qui m’a gêné dans tout ça : la longueur du roman. C’est un court roman et je dois dire que cela amène à des raccourcis. Ça manque un peu de détails. Eloise Clunet prend le parti de raconter en détail les scènes d’amour entre Lucas et Cassandre puis entre Aaron et Cassandre mais elle fournit peu d’explications sur le pourquoi et le comment de qui ils sont, du pourquoi et du comment de leur réincarnation, de l’origine de leurs pouvoirs psychiques. Il est dit que Cassandre doit se souvenir toute seule mais quand elle parvient à retrouver la mémoire, nous lecteurs, on n’est pas plus éclairé. C’est dommage surtout que l’histoire étant racontée à la première personne du singulier par Cassandre, elle-même, il y avait moyen d’éclairer les lecteurs.

Bon malgré tout, je voudrais savoir ce qu’il va advenir de Cassandre et je lirais avec plaisir le tome 2 de Réminiscence Smile

La quatrième de couverture : Cassandre possède des dons lui permettant d’entrevoir l’avenir, qui ont fait d’elle une jeune fille à part. L’arrivée de Lucas, un jeune homme d’abord vu en rêve avec un inconnu devant une colonnade céleste, va bouleverser sa vie. Il entreprend de la séduire et l’aide à développer ses dons, malgré des drames qui s’enchaînent autour d’elle. Elle découvre qu’elle fait partie d’un groupe d’individus doués de pouvoirs psychiques où elle n’a malheureusement pas que des amis. Il y aura Aaron, le protecteur, et une très puissante et énigmatique rivale.

Prochaine lecture : Paranoia de Mélissa Bellevigne

Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 26 avril 2016 | Tagué avec: , , | Quelque chose à ajouter ?