La rage de Zygmunt Miloszewski

23
Août

0

la_rageJe viens de finir La rage de Zygmunt Miloszewski à paraitre le 8 septembre prochain aux éditions Fleuve. Après un début un peu difficile en raison des noms des personnages ou des lieux pas facile à lire pour nous autres européens, j’ai adoré ce roman. On plonge dans une petite ville de Pologne. Le procureur Theodore Szacki a été muté à Olsztyn après avoir exercé longtemps à Varsovie. Là il découvre dans un ancien bunker, le squelette d’un homme. A première vu, il s’agit du squelette d’un homme mort plusieurs dizaine d’années auparavant. Le procureur en fait don à la faculté d’anatomie; mais voilà le squelette s’avère être celui d’un homme disparu quelques jours plus tôt. Pendant ce temps, une femme victime de violence conjugale vient déposer plainte. Le procureur la renvoie chez elle mais elle finit à l’hôpital dans le coma. Szacki commence à enquêter sur le squelette. Il semble se rapprocher de la vérité quand Hélena, sa fille unique est enlevée et menacée d’une mort atroce. Szacki voit rouge et il décide de mener seul l’enquête pour retrouver sa fille chérie.

Mon avis ? Je l’ai dit j’ai beaucoup aimé ce thriller. Chose que je ne savait pas, c’est que La rage fait partie de la sage Théodore Szacki et que c’est le troisième volet des aventures du procureur. En tout cas, ça ne se ressent pas à la lecture. je n’ai noté en cours de lecture aucune référence à un ou plusieurs tomes précédents; c’est seulement après avoir refermé ce roman et avoir vu qu’il s’agissait du troisième tome de la sage que je me suis faite la réflexion qu’une allusion au passé du procureur Szacki pouvait faire référence à une aventure passée.

Après j’ai beaucoup aimé l’histoire. J’ai trouvé ça assez original et surtout très bien mené. Je n’avais pas vu toutes les implications.

Enfin j’ai adoré la façon dont c’est écrit. je vous explique : les points de vue alterne. on suit le procureur Theodore Szacki puis la femme victime de violence conjugale puis la psychiatre. La particularité de tout ça ? C’est que les chapitres racontés du point de vue des personnages secondaires sont écrit à la troisième personne mais surtout qu’ils s’enchainent avec les chapitres consacrés au procureur sans que le changement de point de vue soit évident tout de suite. Je m’explique un chapitre consacré au procureur va s’ouvrir sur un « Il » anonyme alors que le chapitre précédent narrait les évènement du point de vue d’un mari violent. Ça fait bizarre au départ. Mais surtout ça contribue à l’atmosphère sombre de ce roman.

Bref pour moi, La rage de Zygmunt Miloszewski est une bonne surprise; je vous conseille vivement de foncer l’acheter début septembre quand il paraitra. vous ne le regretterez pas (perso plus j’ai avancé dans ma lecture, moins j’ai pu le lâcher).

La quatrième de couverture : Un cadavre brûlé par des armes chimiques est retrouvé sur un chantier polonais. Les résultats de l’autopsie sont stupéfiants : certains membres prélevés sur place n’appartiennent pas au corps de la victime. Absorbé par cette étrange affaire, le procureur Teodore Szacki néglige une plainte pour violences conjugales. Il en prend conscience trop tard : la plaignante a été grièvement blessée. Son mari est découvert quelques jours après, vivant, mais la langue et les cordes vocales sectionnées… Mis en cause par sa hiérarchie, le magistrat voit sa carrière menacée, lorsque sa propre fille est enlevée à son tour. Il sent alors monter en lui la rage.

Prochaine lecture : Le songe de l’inventeur de Thierry Bourcy et François-Henri Boulié

Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 23 août 2016 | Tagué avec: , , , | Quelque chose à ajouter ?

Night escape d’Yves Saint-Laurent, le vernis en édition limitée de l’été 2016

21
Août

0

Après avoir testé tout un tas de choses ces dernières semaines, il était temps que je revienne un peu à mes fondamentaux : les Laque Couture d’Yves Saint-Laurent. J’en possède maintenant une jolie petite collection allant du fameux Bleu Majorelle au Vert d’Orient en passant par Corail Colisée, Gris underground ou encore Brun Henné. Quand j’ai vu les deux vernis de la collection d’été 2016, je n’ai eu de cesse de me procurer le magnifique Night Escape.  Ça n’a pas été de la tarte mais j’y suis parvenue au stand de la marque au printemps.

vernis Night escape d'Yves Saint-Laurent (1)

Au premier abord, je n’aurais pas penser qu’il puisse s’agir d’un vernis de la collection d’été tellement ce vernis me semblait idéal pour les fêtes de fin d’année avec ses millions de paillettes argentées. Night Escape est en effet un bleu gris « comme le ciel étoilé d’une nuit romantique et infinie ». En fait, selon la lumière, il apparait comme un mauve ou un gris.

vernis Night escape d'Yves Saint-Laurent

En deux couches, il est parfaitement opaque. J’aurais pu en poser qu’une seule je pense ça aurait suffit mais la force de l’habitude a fait que j’en ai mis deux. Une fois posé, le fini est légèrement rugueux (un peu comme les Liquid Sand d’OPI ou les Sugar mat de Kiko). Même avec un top coat, cet aspect ne disparait pas complètement. Mais attention, ça n’a rien de désagréable.

vernis Night escape d'Yves Saint-Laurent (2)

Comme avec toutes les Laque Couture que j’ai pu essayer auparavant, la tenue est top. Je l’ai porté cinq jours sans problème. Je l’ai retiré car l’index de ma main droite commençait à s’abimer un peu au bout. Même au retrait il est top. Vu le grand nombre de paillettes, j’ai eu peur que ça soit coton à retirer. Eh bien non! Un tour de bain dissolvant classique plus un coton imbibé de dissolvant et il n’y avait plus rien du tout.

vernis Night Escape Yves Saint-laurent (3)

Night Escape est vraiment magnifique! Quand je l’ai vu, j’ai craqué! Il me le fallait absolument et à aucun moment je n’ai regretté mon achat! Je crois bien que c’est mon coup de cœur de cet été Smile

vernis Night Escape Yves Saint-laurent (4)

Pour information, Night Escape (N°72) fait partie avec Savage Pink (N°71) de la collection été 2016 d’Yves Saint-Laurent. Il est vendu au prix de 23,50 euros mais est indisponible sur le site de la marque ou de Séphora. Il est toutefois encore disponible dans certains magasins.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les corps de Lola de Julie Gouazé

17
Août

2

les_corps_de_lola

Premier roman de la rentrée littéraire 2016 lu! J’ai en effet fini hier soir dans les transports en commun, Les corps de Lola de Julie Gouazé à paraitre le 18 aout aux éditions Belfond. Pourquoi avoir choisi de commencer par ce roman plutôt que par ce qui apparait comme le phénomène de cette rentrée, Voici venir les rêveurs ? Et bien parce que ce roman est un des premiers à paraitre (il sort le 18 aout) et parce qu’il est court (à peine 128 pages) et donc se lit très vite. Oui il se lit très vite mais il ne me laissera pas un souvenir impérissable.Ce petit roman explore le désir féminin sous toutes ses formes à travers le personnage dual de Lola. Il y a d’un côté la timide Lola, la Bleue; de lautre, la sulfureuse Lola la Rouge. A travers le personnage de Lola, Julie Gouazé évoque pour son second oman (elle est l’auteur du très remarqué Louise) le désir féminin, les pratiques sado-masochistes, l’amour à trois, le désir pendant et après la grossesse, etc..

Mon avis ?  S’il y a des réflexions intéressantes sur un sujet tabou comme le désir féminin, j’ai l’impression que malgré tout dans une semaine (OK j’exagère un peu), j’aurais oublié ce livre. Non pas que ça soit mal écrit, non pas que je me sois ennuyée. Non c’est juste que les mots ont glissé. Je n’ai pas vu un grand intérêt à cette lecture. Bref, Les corps de Lola de Julie Gouazé ne sont pas pour moi un coup de cœur.

La quatrième de couverture : Lola est une femme comme les autres. Que veut dire être une femme comme une autre ?
Qui pourrait se douter en regardant Lola qu’un feu violent couve au fond de ses tripes ?
Lola si douce, si compréhensive… C’est pourtant une rage ancestrale qui sort de Lola.
Elle est une. Elle est deux. Rouge et Bleue. Les deux Lola enfermées dans un même corps.  Qui est-elle ? Celle qui se laisse bander les yeux, ou celle qui aime dormir dans des draps  en coton ? Où est celle qui réunissait les deux ?

Ce que la tête de Lola interdit par morale, son corps l’exige par bravoure.

À travers la vie de Lola, la fille coupée en deux, l’héroïne partagée, tiraillée, Julie Gouazé nous  offre un long chant du désir et du corps et, à l’image de sa belle Lola, transforme le glauque  en poésie.

Prochaine lecture : La rage de Zygmunt Miloszewski

Rendez-vous sur Hellocoton !

Neo noir, la collection de Kiko qui me fait craquer

16
Août

0

La marque de cosmétiques italienne, Kiko vient de sortir une nouvelle collection en collaboration encore une fois avec Ross Lovergrove : Neo Noir. Oui je sais, Kiko sort de nouvelles collections à tour de bras. il y a eu The artist, The beauty games, Campus idol pour ne citer que les dernières. Alors quoi ? Neo Noir m’a complétement séduite. j’ai adoré les produits, les couleurs, le packaging tout en noir.

kiko neo noir

Encore une fois, cette nouvelle collection est très complète : elle comprend des crayons pour les yeux ultra pailletés, deux palettes de quatre fards à paupières dans les tons neutres, des rouges à lèvres, quatre vernis à ongles  Chrome intense, des pinceaux double embouts, blush, enlumineur, mascara, etc…*

neo_noir_kiko

Perso le premier truc qui m’a fait craquer, ce sont bien sur les vernis. Mais pas n’importe lesquels. Sur les quatre teintes proposées, j’ai flashé sur le bleu et le gris. What else ? Les deux autres, un rose pale et un rouge m’ont laissé plus indifférente.

kiko neo noir

Ensuite j’ai eu un gros coup de cœur pour les gros crayons ombre à paupières longue tenue. J’avais déjà craqué sur un produit de ce type  de la marque par le passé et j’ai donc été ravie de voir qu’ils avaient remis ca pour cette collection. Là, les couleurs sont super lumineuses, pailletées. Tout ce que j’aime. j’ai donc embarqué le bleu, le burgundy, le marron et le gris. S’ils tiennent leur promesse, je les rachèterais en double aux soldes de janvier Smile

kikoneo noir (4)

Ensuite j’ai bien sur craqué sur les rouges à lèvres, les fameux Engma lipstick. J’en ai sélectionné deux : le 03 – Graphic mauve et le 04 – Theorical Burgundy.

kikoneo noir (2)

Le Théorical Burgundy me parait un peu brun mais ça reste à confirmer en le portant. En tout cas, j’adore le packaging tout de noir. Ça me fait un peu penser à un djembé ou à un sablier. Pas vous ? On va voir ce que cela donne. En tout cas la marque promet un effet volume donc des lèvres repulpées. Hum, hum, je demande à voir!

kikoneo noir (1)

Enfin, j’ai craqué sur une des deux palettes de fards à paupières :  j’ai choisi la numéro 01 – Mahogany silhouette. J’ai trouvé que les fap étaient plus irisés que ceux de la numéro 2.

kikoneo noir (6)

Oui je me suis bien lachée. Pourtant Kiko maintenant c’est pas donné, donné, je trouve. Tiens, un rouge à lèvres Enigma, c’est 11 euros 90; un vernis à ongles Chrome intense, 5,90 euros. Les prix qui augmentent sans raison et la qualité qui baisse étaient des raisons pour laquelle je m’étais désintéressée de la marque. A voir donc maintenant si cette collection tient ses promesses et me réconcilie définitivement avec Kiko.

Et vous, vous craquez pour cette collection Neo noir ?

Rendez-vous sur Hellocoton !