Derrière les montagnes d’Olivier Chenille, une pièce de théâtre à voir absolument

31
Mai

0

Je ne vous en ai pas encore parlé mais je suis allée voir au théâtre du Marais, la pièce Olivier Chenille, Derrière les montagnes. Cette pièce est une confrontation entre une mère, Catherine et son fils adoptif, Serioja. L’enfant aujourd’hui adulte a été désiré, attendu et pourtant mal aimé car Catherinea finalement réussi à avoir un enfant naturel, Antoine. Les années ont passées et le fils légitime, a fini par se suicider en se noyant dans la piscine.

derriere les montagnes

Franchement j’ai été surprise par cette pièce mais j’ai beaucoup aimé. Vraiment. Je suis sortie sous le charme. J’ai aimé le fait que la pièce se résume à ce que les deux personnages tour à tour racontent les évènements qui ont conduit à la dislocation de cette famille. La mise en scène est en effet réduite à sa plus simple expression. Le rideau se lève et on découvre deux êtres assis sur des cubes lumineux. A partir de là Catherine (Joana Preiss) et Serioja (Olivier Chenille) sans se regarder vont énoncer leur vérité chacun à leur tour avec en fond la projection de bouts de film évoquant ce qui est en train d’être dit. Dès le départ, la tension entre les deux personnages est palpable. Il y semble y avoir entre eux une distance irréconciliable. Cette distance sera pourtant parfois brisée par des affrontements qui viennent rompre l’alternance des points de vue. Les personnages regardent alors l’autre. Jusqu’au face à face final où la vérité éclate enfin et où Serioja et Catherine réussissent enfin à se parler. Franchement la mise en scène est vraiment percutante et sert admirablement le texte!

Derriere-les-Montagnes-Preiss-Chenille

A côté de ça, j’ai adoré le texte, la façon dont les acteurs le récitent assis droit face au public. Je sais pas, il y a quelque chose de terrible et de beau la dedans, quelque chose d’hypnotique aussi.

Bref je ne peux que vous recommander de foncer voir cette pièce Smile

C’est où ?

Derrière les montagnes

Théâtre du Marais

37 rue Volta

75003Paris

Métro ligne 3 Arts et Métiers

Jusqu’au 26 juin 2016

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 31 mai 2016 | Tagué avec: , , | Quelque chose à ajouter ?

Giroflée : Vie et mort d’une sorcière de Marie-Noëlle Garric

30
Mai

0

girofléeJe viens de terminer Giroflée : Vie et mort d’une sorcière de Marie-Noëlle Garric. Nous voila en 1489. Les procès en sorcellerie se multiplient. Des femmes pour la plupart sont brulées vives. Jehanne Rey dite Giroflée, une guérisseuse réputée a été arrêtée pour sorcellerie et soumise à la question par l’Inquisition. Durant ces quelques jours que va durer son procès, elle va se souvenir. De son enfance d’abord et de sa mère morte en couches, de ses première expérimentations pour découvrir les vertus des plantes, son apprentissage chez une guérisseuse qui lui a transmis son savoir, les réunions avec d’autres guérisseuses, etc…

Mon avis ? Si vous vous intéressez un tant soi peu aux sorcières et à la sorcellerie, alors vous devez lire ce petit roman. Pourquoi ? parce que sous ses airs de roman, il y a un fabuleux travail d’historien. En effet les sorcières ont existé mais attention, les femmes que l’on a accusées de sorcellerie et brulées n’avaient rien à voir avec la représentation de la sorcière actuelle. Comme Giroflée, il s’agissait de femmes connaissant les vertus des plantes et capables de guérir grâce à ça leurs semblables. Tout ça est décrit avec énormément de justesse ici. J’ai trouvé intéressant que le roman aborde la place de la femme au XVème siècle. A cette époque, une femme se mariait obligatoirement et faisait des enfants. Si comme Giroflée, elles préféraient rester célibataires alors elles devenaient des femmes mal-famées et donc suspectes aux yeux de l’Église. D’ailleurs La Ribaude, la prostituée et Giroflée, la sorcière se retrouvent dans les mêmes geôles, soumises aux mêmes tortures.

Après moi, j’ai aussi beaucoup apprécié le style de l’auteur. J’ai beaucoup apprécié retrouver des mots ou des tournures de phrases propres à cette époque. Je vous rassure cela ne pose pas de problème à la lecture. Ça se lit bien voir même très bien Smile

J’ai beaucoup, beaucoup aimé Giroflée : vie et mort d’une sorcières de Marie-Noëlle Garric.

La quatrième de couverture : Giroflée veut vivre autrement que les autres femmes. Elle ne subira pas le sort de sa mère, accablée de misère et de maternités. Alors, elle entreprendra une carrière de guérisseuse. Entre rivières et montagnes, apprentissages et amitiés précieuses, elle saura se forger une existence conforme à ses rêves. Elle connaîtra même une forme de gloire.

Mais nous sommes au Moyen Âge et la répression s’abat férocement sur ceux que l’on appelle les sorciers. Après un procès implacable, elle connaîtra le sort terrible que l’Église réserve aux hérétiques.

Giroflée a existé. On connaît son nom, son adresse, quelques bribes de son procès. On sait encore les circonstances de sa fin tragique. De ce qu’elle fut, on ne sait rien. Ce récit tente d’y répondre par l’imagination.

Prochaine lecture : Les portes d’Athion

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 romans épistolaires

28
Mai

0

Aujourd’hui, je vous propose une sélection de romans épistolaires c’est à dire un recueil de lettres réels ou fictifs. Personnellement c’est un genre que j’aime bien. C’est donc avec un plaisir évident que j’ai fait cette sélection!!

  • Les liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos. Je crois bien que c’est le plus connu dans le genre!! Je ne pouvais donc pas ne pas le citer! Si vous ne l’avez pas lu encore, filez fissa vous le procurez. L’histoire ? La marquise de Merteuil  décide de se venger de l’un de ses anciens amants en faisant séduire sa jeune et naïve fiancée par son complice le Viconte de Valmont. Mais de son côté Valmont s’est mis en tête de séduire la dévote présidente de Tourvel.

les liaisons dangereuses

  • Lady Susan de Jane Austen. Voilà un petit roman épistolaire idéal pour débuter avec l’œuvre de Jane Austen.

lady susan

  • Julie ou la Nouvelle Héloise de Jean-Jacques Rousseau.

la Nouvelle Héloise

  • Les Souffrances du jeune Werther de Goethe. Encore un classique de la littérature du XVIIIème mais quel classique!! Les souffrances du jeune Werther est un des textes fondateurs du romantisme, c’est dire son importance.

les souffrances

  • Il faut qu’on parle de Kevin de Lionel Shriver. À la veille de ses seize ans, Kevin Khatchadourian a tué sept de ses camarades de lycée, un employé de la cafétéria et un professeur. Dans des lettres adressées au père dont elle est séparée, Eva, sa mère, retrace l’itinéraire meurtrier de Kevin. Il ne s’agit pas d’une véritable correspondance puisque seules les lettres de la mère de Kevin sont retranscrites mais peu importe, cela montre que le genre à encore de beau jour devant lui.

Il faut qu'on parle de Kevin

  • Oscar et la dame rose de Éric-Emmanuel Schmitt. Voici un petit roman constitué de 12 lettres écrites par le jeune Oscar à Dieu. Oscar est hospitalisé et il sait, même si personne n’ose lui dire, qu’il va mourir. Pour l’aider à passer le temps, Marie Rose, la dame qui lui rend visite lui propose d’écrire des lettres à Dieu.

oscar et la dame en rose

  • Cher Mr Darcy de Amanda Grange. Voici une version épistolaire du classique de Jane Austen, Orgueil et préjugés. A travers une série de lettres, l’auteur nous dévoile comment le romantique Mr Darcy surmonte son chagrin après la mort de son père bien-aimé ; comment il va gérer ses affaires le liant au scandaleux Mr Wickham et comment il va tomber amoureux de la spirituelle Elizabeth Bennet.

Cher Mr Darcy

  • Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de Annie Barrows. 1946, alors que les Britanniques soignent les blessures de guerre, Juliet Ashton, écrivain en manque d’inspiration, entreprend une correspondance avec les membres attachants d’un cercle de Guernesey. De confidences en confidences, la page d’un nouveau roman vient de s’ouvrir pour la jeune femme, peut-être aussi celle d’une nouvelle vie…

Le cercle litteraire des amateurs

  • Et je danse, aussi de Jean-Claude Mourlevat et Anne-Laure Bondoux.

et je danse aussi

  • Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles de Suzanne Hayes et Loretta Nyhan. Pendant trois ans, deux femmes dont les époux sont partis se battre au front vont échanger ne correspondance qui va faire naitre entre elles une belle amitié.

Petites recettes de bonheur

 

Et vous, vous connaissez d’autres romans épistolaires qui mériteraient d’être cités ici ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 28 mai 2016 | Tagué avec: , , | Quelque chose à ajouter ?

J’adore de Dior

27
Mai

0

Je crois l’avoir mentionné ici et là : je porte depuis des années de façon régulière J’adore de Dior. Je me souviens plus trop comment ça s’est fait mais c’est devenu Mon parfum, le seul, l’unique, celui vers qui je reviens toujours. Quand j’ai commencé à porter un vrai parfum, j’ai commencé par Dolce Vita de Dior (d’ailleurs je le porte toujours aussi de temps en temps) et puis Dior a lancé J’adore et je l’ai adopté. Cela ne s’est sans doute pas fait comme ça  du jour au lendemain mais l’idée est là.

J'adore Dior (2)

J’adore a été créé en 1999, un an tout juste après Hypnotic Poison. Il est incarné depuis 2004 par l’actrice sud-africaine Charlize Theron. C’est aujourd’hui un des parfums les plus vendus en France pour ne pas dire le plus vendu. Et oui, il a réussi à détrôner le célèbre N°5 de Chanel dans le cœur des françaises jeunes ou moins jeunes Smile Il faut dire que J’adore est un parfum féminin, raffiné, sensuel, sophistiqué qui  convient aussi bien à une jeune femme grâce à ses notes fruitées qu’à une femme plus âgée. Perso ça fait plus de 15 ans que je le porte et il me convient comme au premier jour alors même que j’ai change, mûrie.

J'adore Dior (1)

J’adore est en effet un floral avec une note fruitée. Si on regarde sa pyramide olfactive, on voit que l’on a en note de tête la mandarine et la bergamote. Vient ensuite en note de cœur la prune, le muguet, la pêche, la rose, la violette, le Ylang-Ylang et la Champaca. Enfin en notes de fond, on trouve le jasmin sambac, le musc blanc, le santal et la Vanilline.

Franchement je l’aime plus que tout. Il sent super bon. Même si dès fois je m’aventure à tester une autre fragrance, je reviens toujours vers lui. J’adore le porter (sans jeu de mots). J’adore retrouver sur mes foulards cette odeur si caractéristique (je crois que je pourrais le reconnaitre les yeux fermés).

J'adore Dior (1)

Il tient bien tout au long de la journée. Bon ok, perso, j’achète aussi pour ça l’eau de parfum. Vous savez bien sûr que l’eau de parfum est plus concentrée en essences que l’eau de toilette ? L’eau de parfum contient entre 12 et 20% d’essences aromatiques contre 7 à 12% pour l’eau de toilette. Ceci dit, on referme la parenthèse.

J’aime bien aussi son flacon en forme d’amphore surmonté d’un cabochon serti d’un collier d’or dans le style des colliers des femmes Massaï. La particularité du flacon est également que le nom « J’adore » n’apparait pas directement sur celui-ci mais au sommet dans la boule du bouchon.

J'adore Dior (3)

Bref j’adore ce parfum Smile

Et vous, vous aimez ? Vous détestez ?

Dior J’adore : à partir de 60 euros chez Séphora.

Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 27 mai 2016 | Tagué avec: , , | Quelque chose à ajouter ?