Last days of summer

24
avr

0

Je ne vous en ai pas encore parlé mais j’ai vu il y a peu le dernier film du réalisateur Jason Reitman, Last Days of summer avec à l’affiche Kate Winslet et Josh Brolin notamment.

last days of summer

Synopsis : Lors du dernier week-end de l’été, Frank, un détenu évadé, condamné pour meurtre, oblige Adèle et son fils Henry à le cacher chez eux.
Très vite, la relation entre le ravisseur et la jeune femme prend une tournure inattendue. Pendant ces quatre jours, ils vont révéler de lourds secrets et réapprendre à aimer…

last days of summer

Je dois dire que j’ai été complètement enchantée, charmée par ce film. J’ai beaucoup aimé l’impression de touffeur, de lourdeur qui se dégage du film dès les premières minutes. C’est d’ailleurs ce qui me vient en premier si je dois évoquer Last Days of summer : un beau film à l’atmosphère lourde, lourde des secrets des protagonistes, lourde de tous les non dits qui flottent autour d’eux, lourde de la chaleur de cette fin d’été durant laquelle va se déroule ce drame. J’ai beaucoup aimé le fait qu’il y ait peu de dialogues et qu’une grande partie de l’histoire soit justement racontée par Henry Wheeler, le fils d’Adèle interprété par Gattlin Griffith en voix off. Ça contribue à l’atmosphère pesante qui se dégage du film je trouve. Et puis le duo Kate Winslet / Josh Brolin est extra. Kate Winslet est excellente dans ce rôle de mère célibataire, meurtrie, dépressive qui vit recluse chez elle. Elle est touchante je trouve. Josh Brolin n’est pas en reste. Il est extraordinaire dans ce rôle d’évadé de prison au grand cœur.

last days of summer

Bref Last Days of Summer est un beau film. L’histoire est touchante. Je ne peux que vous recommander d’aller voir cette adaptation du roman de Joyce Maynard, Long Week end au cinéma si ce n’est pas déjà fait Smile

Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 24 avril 2014 | Tagué avec: , , | Quelque chose à ajouter ?

Chiens de la nuit de Kent Anderson

22
avr

1

Chiens de la nuit - Kent AndersonJe viens de terminer Chiens de la nuit de Kent Anderson qui vient de sortir en poche près de vingt ans après sa sortie aux Etats-Unis. Chiens de la nuit, deuxième roman de Kent Anderson après le très remarqué Sympathy for the devil, raconte le quotidien de Hanson, un vétéran de la guerre du Vietnam devenu flic à son retour à la vie civile. Nous sommes en juin 1975. Avec son coéquipier Dana, il arpente les rues de Portland et plus particulièrement celles de North Preccint, le quartier le plus pauvre de la ville afin de maintenir l’ordre. Il traque les dealers, les braqueurs de banques, règle les problème de voisinage et les disputes d’ivrognes, verbalise les chauffards. Mais jour après jour, Hanson franchit un peu plus les limites.Il navigue entre la loi et la l’illégalité. Et pour survivre et ne pas sombrer tout court, les souvenirs de la guerre étant parfois plus fort que tout, Hanson boit et se drogue.

Mon avis ? J’ai mis du temps à rentrer dedans. Il m’a fallu presque 200 pages pour vraiment rentrer dans le récit du quotidien de ces flics. Pourquoi ? Parce que j’ai été un peu déstabilisé au départ. En effet, il ne s’agit pas d’un roman policier au sens traditionnel. Il n’y a pas de meurtre et d’enquête. Chiens de la nuit est avant tout une chronique du quotidien des flics dans les rues mais aussi du dur retour à la vie civile des vétérans du Vietnam.Le héros, Hanson, n’est pas non plus le héros traditionnel d’un roman policier. C’est un flic toujours borderline, prêt à sombrer. C’est un anti-héros, j’ai envie de dire. Et au départ, j’ai eu peu de sympathie pour cet individu qui fait respecter la loi à sa manière pas toujours de façon très légal. Heureusement qu’il y a son coéquipier Dana pour le maintenir dans les limites du raisonnable j’ai envie de dire. Et puis petit à petit, grâce sans doute aux flash-back de la guerre qui émaillent le récit, on comprend la complexité de ce personnage et le combat qui se livre à part lui. Petit à petit, on se prend de sympathie pour ce gars qui au fond est profondément humain. J’ai beaucoup aimé d’ailleurs la façon dont l’auteur raconte ces bribes de souvenirs, par petites touches, à la façon d’images qui ressurgiraient dans l’esprit de Hanson avant de s’évanouir enfouies au plus profond de la mémoire de l’homme. Chiens de la nuit est un roman noir, très noir mais c’est un excellent roman.

La quatrième de couverture : Hanson, vétéran des forces spéciales, est devenu flic à son retour du Vietnam. Les rues de North Precinct, un quartier déshérité de Portland, ne sont pas moins dangereuses que la jungle asiatique. Drogue, violence et danger sont le quotidien des policiers en patrouille. Hanson, lui, n’a peur de rien – sauf de ses souvenirs.

Prochaine lecture : Millefeuille de Leslie Kaplan

Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 22 avril 2014 | Tagué avec: , , | Quelque chose à ajouter ?

A la bonne heure

17
avr

0

Ça fait un moment que l’on a pas parlé bouffe et restos ici!!! Ok j’ai fait moins de découvertes ces derniers temps mais n’empêche il y a une adresse dont il faut que je vous parle. Son nom ? La bonne heure. La bonne heure c’est un charmant bistrot dans le 17eme non loin de Brochant.

la bonne heure (1)

Là, on mange une bonne cuisine française simple mais non moins savoureuse. Pour preuve en entrée, on trouve à la carte un flan Périgourdin et lard grillé, une verrine d’avocat, des harengs fumés servis à volonté ou encore une terrine de foie de volaille maison. Moi j’avais opté pour la terrine de foie de volaille maison servie elle aussi à volonté même si je n’ai pas pu m’empêcher de photographier la grosse marmite de harengs fumés que l’on a apporté à ma comparse ce midi là plutôt que mon assiette. Mais il y avait vraiment de quoi, visez-moi cette terrine!

la bonne heure (2)

En plat, on peut manger un tartare de bœuf coupé au couteau, un filet de bar à la plancha ou encore un rognon de veau servi rosé. C’est sur ce dernier que j’ai jeté mon dévolu après avoir préalablement demandé à ce qu’on me le cuise un peu plus. Le rognon m’a été servi un peu plus cuit qu’à point. Comme ça, j’ai vraiment pu savourer mon plat Smile

la bonne heure (3)

En dessert, je me suis laissée tenter par une crème brulée après avoir hésité entre le vrai baba au rhum et le moelleux au chocolat.

la bonne heure (4)

Franchement à la bonne heure c’est bon. Ça fait deux fois que j’y vais manger et chaque fois je me régale.

Coté tarifs c’est abordable. Les entrées sont à 10 euros tout rond, les plats à 21 et les desserts à 10 euros aussi. Il est à noter qu’il existe plusieurs formules pour le déjeuner ou le diner. Ainsi on a une formule entrée-plat-dessert à 36 euros le soir et 24 le midi. Côté cave, on trouve des vins à tous les prix. le premier prix étant à 21 euros pour un Coteaux du Lyonnais rosé de 2010.

C’est où ?

La Bonne Heure

11 rue Brochant

75017 Paris

M° Brochant.

Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 17 avril 2014 | Tagué avec: , , , | Quelque chose à ajouter ?

En route pour la savane avec Khumba

16
avr

0

Il y a deux semaines, je suis partie pour la savane suivre les aventures de Khumba, un drôle de demi-zèbre.

khumba affiche

Khumba est en effet un jeune zèbre né avec seulement la moitié des rayures sur le dos. A cause de sa différence, il va devenir la risée de son troupeau. Et le jour où la sécheresse  s’installe au point que les réserves d’eau des zèbres s’amenuisent dangereusement, Khumba en est rendu responsable  par ses semblables. Le petit zèbre bien décidé à trouver de l’eau et à gagner des rayures supplémentaires part à la recherche d’une source prétendument magique. Sur sa route, il rencontre une vieille gnou et une autruche qui se joignent à lui dans sa quête. Ensemble, ils vont vivre de fabuleuses aventures mais ils leur faudra aussi éviter de croiser la route du Léopard borgne.

khumba

Franchement ce film d’animation des studios Triggerfish dont c’est le deuxième film après Drôles d’oiseaux, est un petit bijou. Alors certes l’histoire n’a rien de bien originale dans ce sens où l’on est face au récit d’une quête initiatique. Typiquement, on est dans un schéma narratif de conte de fée. Le héros, Khumba va devoir en effet quitter l’enclos et les siens pour partir à la recherche de la source magique dont sa mère lui a parlé avant de mourir. Il est aidé dans sa quête par deux adjuvants, une vieille gnou et une autruche un peu fofolle. Parallèlement, il doit aussi faire gaffe à ne pas tomber dans les griffes du méchant Léopard. Voilà la Morphologie du conte de fée de Vladimir Propp appliquée au film d’animationSmile Mais peu importe que le scénario narratif soit vu et revu car c’est très bien fait.

khumba phango le leopard

Techniquement en effet c’est une belle réussite, je trouve. la 3D est réussie et apporte un réel plus au film. Pensez donc à aller le voir en 3D. La musique omniprésente dans ce film est aussi quelque chose de chouette avec ses rythmes africains envoutants. Franchement j’ai adoré la scène où les marmottes (pas sure que ça soit des marmottes qui vivent dans les montagnes d’Afrique du Sud mais bon) jouent du tamtam sur les pierres et barrent l’accès au repaire de l’aigle noir.

khumba

Vous l’aurez compris, le comique n’est pas absent non plus de ce film. On ne rit pas à gorge déployée tout le long mais on sourit, on rit même à quelques passages de ce dessin animée. Instant rigolo, tiens, le passage où les trois compères rencontre un mouton qui se prend pour un bélier.

Enfin, derrière tout ça, c’est des valeurs forte comme l’acceptation de soi, la tolérance, le droit à la différence que prône Khumba. Et c’est joliment dit. De quoi ravir le public.

khumba le foot des zebes

Voilà donc une jolie idée de sortie pour les petits et les grands à partir du 23 avril 2014 date de la sortie en salle de Khumba.

Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 16 avril 2014 | Tagué avec: , | Quelque chose à ajouter ?
Get Adobe Flash player