Produits finis (épisode 7)

27
avr

0

Il est temps de faire un point sur mes produits finis.Ça fait une éternité en effet que je n’ai pas vidé mes cadavres de salle de bain. Heureusement ils ne sont pas trop nombreux cette fois vu que j’ai principalement utilisé des produits Lush. J’aurais presque pu d’ailleurs faire une revue spéciale Lush Smile

produits finis avril 2015

  • Bombe de bain Golden Wonder de Lush.

Golden Wonder Lush

  • Bombe de bain Dashing Santa de Lush. J’ai bien aimé la forme de père Noël de cette bombe de bain aux agrumes qui a coloré mon bain en rouge-orangé. Par contre, côté odeur, j’ai pas vraiment senti les agrumes. C’est trop léger à mon gout. Dommage!

Dashing Santa Lush

  • Bombe de bain Butter Bear de Lush toujours. Celle-là se présente sous forme d’un ours polaire. Un gros nounours!!! c’est trop mignon Smile Mais ça s’arrête la! Cette bombe de bain n’a pas coloré du tout mon bain (au point que je me suis demande un moment si je l’avais pas mettre autre chose dans l’eau). L’odeur aussi ne tient pas longtemps. C’est donc une grosse déception encore pour moi.

Butter Bear Lush

  • Bombe de bain Lord of Misrule de Lush. Pas de forme rigolote pour celle-ci mais simplement une grosse boule verte. Avec celle-ci non plus, je n’ai eu ni une odeur de dingue ni une mousse de folie. Mon bain s’est seulement teintée en bordeaux. Ok pour le spectacle on repassera. Je commence vraiment à me dire que Lush c’est cher pour pas grand chose.

Lord of Misrule de Lush

  • Fondant pour le bain Snow Angel de Lush. Celui-là a coloré mon bain en jaune citron. J’ai eu un peu de mousse quand l’eau coulait mais rien de bien fou-fou.

Snow Angel de Lush

  • Ballistic Sex Bomb de Lush. Cette bombe de bain se présente comme une grosse boule rose et mauve où apparait une fleur prise à l’intérieur. Elle est parfumée au jasmin et au Ylang-Ylang. Bon côté odeur c’est pas très prononcé. Pour la mousse pareil, j’ai pas eu grand chose (pour ne pas dire rien). Par contre, l’eau de mon bain s’est joliment colorée en rose. Et puis j’ai adoré la fleur qui est libérée quand la ballistic s’est complètement dissoute dans le bain.

sex bomb de lush

  • Bombe de bain Cinders de Lush. Cette bombe de bain se présente comme une grosse boule jaune. Comme pour les précédentes, ça n’a pas été le coup de cœur absolu.

Bombe de bain Cinders de Lush

  • Déodorant FA Lemon tropic. Ça devient un classique!! Quand il n’y en a plus, y en a encore Smile

deodorant FA lemon

  • Déodorant FA Golden Star. Grand classique de ma salle de bain celui-la aussi. Cette fois j’en ai fini deux.
  • Lait démaquillant visage et yeux Nivea. On en a déjà parlé l’autre fois, c’est un bon démaquillant. Perso je n’ai rien à lui reprocher.

demaquillant nivea

  • Gel moussant surgras, sans savon A-Derma. Si j’utilise les produits A-derma depuis de nombreuses années et en suis très satisfaite, ce gel par contre ne m’a pas enthousiasmé. Je n’ai pas aimé la texture ni le fait que cela ne moussait pas. Sa remplaçante ? La mousse nettoyante Bio-Beauté de NUXE
  • Lotion Tonique fraicheur Marionnaud. Je l’aime toujours autant et j’ai été contrariée d’apprendre que Marionnaud l’arrêtait et proposait dorénavant une nouvelle formulation. Sa remplaçante ? La lotion tonique hydra-végétal Yves Rocher.

lotion tonique fraicheur marionnaud

  • Coton démaquillant Séphora. Encore un grand classique chez moi que je ne vous présente plus Smile
  • Coton Demak-up original.

Et vous, vous avez fini beaucoup de choses ces derniers temps ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 27 avril 2015 | Tagué avec: , , , , , | Quelque chose à ajouter ?

Homme sans chien de Hakan Nesser

21
avr

0

homme sans chienJ’ai fini dans le train ( à moins que cela ne soit à la maison, je ne me souviens plus) Homme sans chien de Hakan Nesser que j’avais reçu dans le cadre d’un partenariat sur Livr@ddict il y a peu (hum, hum, tout est relatif). Oui parce que au final je l’ai lu très vite (et pris mon temps pour écrire ma chronique).

L’histoire de ce roman ? Karl-Erik Hermansonn et sa fille ainée Ebba, s’apprêtent à fêter leur anniversaire. Pour l’occasion toute la famille arrive des quatre coins de Suède. Il y a Ebba et sa famille bien sur, Kristina, la cadette avec son mari producteur à la télévision et son jeune fils et enfin Robert, le fils maudit. Celui-ci a participé il y a peu à une émission de télé-réalité et a fait la une de la presse à scandale. Robert se sent honteux et a peur d’affronter sa famille. Son père a toutefois décidé d’ignorer la prestation catastrophique de son fils. Cependant le soir après l’arrivée de toute la famille dans la maison des parents, Robert disparait mystérieusement. Le lendemain, c’est son neveu, Henrik, le fils ainé d’Ebba qui disparait à son tour sans laisser de trace. L’inspecteur Gunnar Barbarroti mène l’enquête. Mais il piétine jusqu’au jour où une femme vient déclarer la macabre découverte qu’elle a fait dans le frigo de sa sœur décédée. Mais s’agit-il bien des deux disparus de la famille Hermansonn? Barbarotti ne lâche pas l’enquête…

Mon avis ? Dans l’ensemble, j’ai bien aimé ce roman. Je me suis pas ennuyée. Les pages se sont tournées à un rythme soutenu. Cependant plusieurs choses m’ont laissé perplexe. C’est le cas de toute la première partie ou presque. J’ai eu du mal à voir où tout cela nous mènerais. Tiens, par exemple, toutes les élucubrations de Rosemarie, la mère de Robert et grand-mère d’Henrik. Le roman s’ouvre en effet sur un rêve de cette femme récemment retraitée, prise au piège des volontés tyranniques de son mari, Karl-Erik depuis plus de quarante ans et qui imagine se tuer ou le tuer.  Ces délires vont se poursuivre un long moment et au final ils ne mèneront nulle part. Va savoir pourquoi, malgré tout je ne me suis pas ennuyée. D’ailleurs, ce roman, je l’ai lu très vite (même si j’ai pris mon temps pour en parler sur ce blog). J’ai été fascinée littéralement par l’explosion de cette famille.  Après j’ai bien aimé aussi le personnage de Barbarotti. Il parait que c’est un personnage récurent de l’auteur. Et pourtant j’ai eu l’impression que l’inspecteur n’était pas le personnage central de cette histoire.  Pour moi, tout tourne autour de la famille Hermansonn même si dans la deuxième partie, Barbarotti est propulsé sur le devant de la scène. Un truc qui m’a fait largement sourire c’est ses paris avec Dieu. Ça se doit dire que c’était plutôt bien trouvé (même si cela n’apporte finalement rien à l’enquête). Bref ça m’a plu. Malgré ses défauts évidents, ce roman est pour moi une bonne surprise, y a pas à dire Smile

La quatrième de couverture : Quelques jours avant Noël, deux membres de la famille Hermansson manquent à l’appel. Robert, quarantenaire dépressif, est le premier à se volatiliser. Il était la risée du pays tout entier après avoir participé à une émission de téléréalité, et personne ne se soucie réellement de son absence. Le lendemain, c’est au tour de Henrik, le chouchou de la famille, qui venait tout juste de révéler son homosexualité. Cette fois-ci, la famille se sent plus concernée. L’inspecteur Gunnar Barbarotti est chargé de mener l’enquête.

Prochaine lecture : Lignes de vie

Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 21 avril 2015 | Tagué avec: , , | Quelque chose à ajouter ?

Les nouveaux baumes Lasting Finish Colour Rush de Rimmel, le test

16
avr

1

Je vous retrouve aujourd’hui pour un nouveau test de produit pour les lèvres. Depuis quelques jours en effet, je teste les nouveaux baumes Lasting Finish Colour Rush de Rimmel. J’ai trouvé ces gros crayons en promotion lors de courses à Intermarché et apparemment c’est une nouveauté de la marque anglaise.

Lasting Finish Colour Rush rimmel (4)

La gamme se décline en 8 teintes à ce que j’ai vu allant du rose au rouge en passant par le fuchsia et le brun. Moi j’en ai choisi trois pour voir ce que cela valait : 220 Rumour Has it, un joli fuchsia, 500 The Redder The Better, un rouge, 600 On Fire, un corail.

Lasting finish color rush rimmel (3)

Lasting finish color rush rimmel (1)

La marque nous promet avec ces baumes jusqu’à 6 heures de couleurs haute tension riches et intenses, une sensation d’hydratation et de confort pour toute la journée et une application facile et uniforme en un éclair.

Lasting Finish Colour Rush rimmel (1)

Premier bon point c’est vrai pour le format crayon jumbo et l’application. J’adore ce type de crayon qui se visse pour faire sortir la matière. C’est pratique et ça se transporte facilement. C’est aussi très facile à appliquer, c’est vrai. On colore ses lèvres en un tour de main. Pas besoin d’avoir une longue pratique pour les utiliser, ça se fait vraiment les yeux fermés.

Lasting Finish Colour Rush rimmel220 Rumour Has it

Côté tenue, et bien pour un baume à lèvres, c’est plutôt pas mal. Ça tient vraiment plusieurs heures à la condition bien sûr de ne ni boire ni manger. Après être passer à table, je n’avais en effet plus rien sur les lèvres et j’ai dû en remettre. Franchement, j’ai jamais vu un baume à lèvres passer l’épreuve du repas. Que ce soit les crayons de Clarins ou les Chubby Stick de Clinique, il fallait toujours en remettre. Pour ça, je crois qu’il n’y a que les Rouge velvet édition de Bourjois et les encres à lèvres d’Yves Saint-Laurent qui passe l’épreuve (mais on n’est pas du tout sur le même type de produit, on est bien d’accord).

Lasting Finish Colour Rush rimmel (7)220 Rumour Has it

Côté hydratation, oui bof. J’ai pas eu l’impression d’avoir les lèvres hydratées en les portant. Ils ne dessèchent pas, c’est déjà pas mal j’ai envie de dire.

Enfin, côté odeur, c’est agréable. Moi je leur trouve une petite odeur de Kinder surprise Smile

En bref, j’ai testé et adopté les nouveaux baumes Lasting Finish Colour Rush de Rimmel Smile

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le gardien invisible de Dolores Redondo

10
avr

0

le gardien invisibleJ’ai fini il y a déjà un petit moment Le gardien invisible de Dolorès Redondo.Je ne connaissais pas l’auteure d’origine espagnole de ce roman mais la quatrième de couverture a fait tout de suite tilt.

Quand des jeunes filles disparaissent et sont retrouvées sauvagement assassinées dans la vallée du Batzan, l’inspectrice Amaia Salazar est chargée de l’enquête. Originaire de la région, la jeune femme revient sur les lieux de son enfance et retrouve ses deux sœurs ainées qui sont restées dans le village et ont fait leur vie là. L’ainée dirige d’une main de fer la fabrique de biscuits familiale tandis que la cadette est au prise avec son mariage qui part à vau l’eau. Tandis qu’elle mène l’enquête sur les meurtres des jeunes filles, Amalia va régler ses comptes avec son passé. Pour cela, elle devra faire face à un terrible traumatisme vécu dans son passé. Mais pour cela, elle pourra compter sur l’appui indéfectible de son mari et de sa tante qui l’a quasiment élevée comme sa propre fille.

Mon avis ? J’ai beaucoup, beaucoup, beaucoup aimé. Pourquoi ? Parce que ce thriller s’inscrit dans la mythologie basque. J’ai beaucoup aimé toutes les références au Basajaun (même si j’ignorais tout de ce personnage avant de lire le roman) et à la fée qui exauce le vœu des femmes d’avoir un enfant. Je dois dire que tout le fantastique dans ce roman est bien amené et les personnages des contes populaires tiennent un place à part entière. J’ai aimé les explications de la tante d’Amalia concernant la nécessité d’expliquer les choses avec les mythes quand la raison n’y suffit plus.

Après ce qui m’a plu c’est que les meurtres en série ne servent en fin de compte que de cadre à un drame familial. Ils sont en quelque sorte le prétexte au retour d’Amalia dans son village natal et à sa prise de conscience.  Ce qu’elle a longtemps refoulé refait surface et elle ne peut plus faire marche arrière. Elle doit affronter ses démons. Pendant ce temps, l’enquête, elle, avance peu pour ne pas dire pas. Amalia et ses subordonnés piétinent. Ils n’ont aucune piste et rien ne semble indiquer qu’ils vont trouver quelques choses. Et en fait, j’ai trouvé cela très réaliste. Et puis quand le lecteur croit avoir deviner, et bien l’auteur a réussi le pari fou de l’avoir égaré. Oui, oui, à un moment j’ai  cru avoir deviné qui était le tueur en série. Et bien non, il n’en était rien. Well done! C’est pas si souvent que cela marche aussi bien.

Bref, Le gardien invisible de Dolores Redondo est un excellent thriller. Moi maintenant j’attends la sortie en France du tome 2 prévu pour avril 2015 Smile

La quatrième de couverture : Au Pays basque, sur les berges du Baztán, le corps dénudé et meurtri d’une jeune fille est retrouvé, les poils d’un animal éparpillés sur elle. La légende raconte que dans la forêt vit le basajaun, une étrange créature mi-ours, mi-homme… L’inspectrice Amaia Salazar, rompue aux techniques d’investigation les plus modernes, revient dans cette vallée dont elle est originaire pour mener à bien cette enquête qui mêle superstitions ancestrales, meurtres en série et blessures d’enfance.

Prochaine lecture : La meilleure d’entre nous de Sarah Vaughan.

Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 10 avril 2015 | Tagué avec: , , | Quelque chose à ajouter ?