Rouge à lèvres Color Riche L’Oreal Paris, Sparkling Amethyst

27
mar

0

J’ai été plus que silencieuse ces derniers temps, oups! C’est pas faute d’avoir des choses à raconter ici. J’ai lu, j’ai testé de nouveaux produits. Bref j’ai matière à écrire ici. Mais j’ai manqué de temps tout simplement.

Color Riche L'Oreal Paris, Sparkling Amethyst (8)

Là tout de suite, j’ai eu envie de vous montrer mon rouge à lèvres du jour. C’est le Color Riche Sparkling Amethyst, un joli fuchsia plein de paillettes qui est venu agrandir ma collection il y a peu. Je pensais que c’était une nouveauté de la marque L’Oréal vu qu’au Monop’ il était mis en avant mais il semble qu’il n’en soit rien. C’est pas bien grave, nouveau ou pas je l’ai adopté Smile

Color Riche L'Oreal Paris, Sparkling Amethyst (1)

J’aime bien la gamme des Color Riche de l’Oréal dans son ensemble. Y a pas que le 238 – Sparkling Amethyst qui m’a taper dans l’œil. D’ailleurs, j’en ai une boite pleine Smile Et puis tiens si je me souviens bien mon premier RAL, c’était un Color Riche. Je l’ai beaucoup porté et puis je l’ai racheté encore et toujours et même aujourd’hui j’en ai encore un tube dans ma boite à RAL.

Color Riche L'Oreal Paris, Sparkling Amethyst (2)

Donc j’aime bien les Color Riche, je disais. Ils sont faciles à appliquer, le raisin glisse sur les lèvres facilement, c’est un plaisir. Ils tiennent plutôt bien. Le choix de nuances est immenses.

Color Riche L'Oreal Paris, Sparkling Amethyst (9)

Et mon joli Sparkling Amethyst ne fait pas exception. Il s’applique super facilement. Il tient bien et transfère très peu. Certes, il faut en remettre après manger mais c’est comme avec beaucoup de RAl même de grande marque. Il n’assèche pas les lèvres (ou si peu que ce n’est pas bien gênant).  La couleur est superbe, moi j’adore.

Color Riche L'Oreal Paris, Sparkling Amethyst (4)

Et vous, vous aimez les Color Riche de L’Oréal ? Vous les avez testé ? adopté ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Café zébré, thé à la menthe de Caroline Fabre Rousseau

20
mar

1

Café zébré, thé à la menthe de Caroline Fabre RousseauJ’ai refermé il y a peu Café zébré, thé à la menthe de Caroline Fabre-Rousseau que j’avais reçu dans le cadre d’un partenariat sur Livr@ddict et il faut absolument que je vous en parle. Café zébré, thé à la menthe raconte des tranches de vie. D’un côté il y a Marc et Clémence, lui cadre dans une grande entreprise est au bord de la rupture; elle, mère de famille exemplaire a déjà craqué et fait un séjour dans un hôpital psychiatrique. D’un autre, il y a Madame Calvetti, employée dans une association qui se charge de trouver des aides ménagères pour des mères de famille débordée ou des personnes âgées trop seules. Elle est mariée à un homme violent qu’elle ne supporte plus mais qu’elle n’ose repousser de peur qu’il s’en prenne à sa fille, Léa. Au milieu, il y a Halima, la femme de ménage marocaine que Madame Calvetti a placé chez Marc et Clémence quand cette dernière est rentrée chez elle après son hospitalisation. Halima va inviter tout ce petit monde au Maroc pour son mariage. Ce sera l’occasion pour tous de faire le point sur sa vie et de prendre les décisions trop longtemps remise à plus tard.

Mon avis ? Franchement j’ai beaucoup aimé. Au départ, c’est somme toute assez banal : un couple à la dérive. Marc est au bord du burn-out. Sa femme se remet quant à elle d’une dépression nerveuse. Une femme de ménage débarque chez eux et va les aider à sa manière à se reconstruire. Oui sauf que voilà c’est pas possible se résumer Café zébré, thé à la menthe de Caroline Fabre-Rousseau à ça. Café zébré, thé à la menthe va plus loin et aborde les évènements d’octobre 1956 en Tunisie à travers l’histoire personnelle de Clémence et de sa famille. Le père de Clémence a en effet vécu les émeutes à Meknès et en est resté marqué. Il n’a jamais abordé le sujet avec quiconque et le mariage d’Halima est pour lui l’occasion de revenir pour la première fois sur les lieux de son enfance, de se souvenir et de pardonner. Je ne suis pas très familière de cette période je dois bien le reconnaitre mais le fond historique du roman m’a beaucoup intéressée. Ça m’a d’ailleurs peut-être même plus intéressé que tout ce qui tourne autour du burn-out et de Marc. J’ai été touchée par l’histoire d’André, le père de Clémence. Son histoire m’a vraiment émue. Tout ça est raconté avec beaucoup de pudeur et de retenue. En plus il y a un je ne sais quoi qui  rend la lecture aisée malgré la gravité du propos. J’ai aimé le changement de point de vue entre les deux partie du roman. Dans la première partie, c’est surtout de Clémence dont il est question alors que dans la seconde, on va suivre son père. Du Elle on passe au Il. Ça fait drôle au départ et puis très vite on rentre dans la peau du personnage, dans ses contradictions. On partage ses émotions, ses doutes.

En bref, il faut lire Café zébré, thé à la menthe de Caroline Fabre-Rousseau. Il n’y a pas à tergiverser, c’est un très bon roman Smile

La quatrième de couverture : Marc travaille trop, Clémence craque la première. Son père né au Maroc ne parle jamais de son passé.
Madame Calvetti veut sauver sa fille des griffes d’un père alcoolique.
Halima, l’aide, douce et efficace, invite tout ce monde à son mariage à Meknès.
Une pause inattendue.
Là-bas, Clémence va aider son père à affronter ses fantômes : les massacres de Meknès le 23 octobre 1956. Du détournement de l’avion de Ben Bella aux moines de Tibhirine, l’auteur suit les destins croisés de Marocains et de Français.
Passant du fol univers de l’entreprise aux fastes d’un mariage marocain, elle épingle les excès de notre civilisation occidentale. Ses personnages nous renvoient à nos propres fêlures et nous parlent d’espoir et de réconciliation.

Prochaine lecture : Lignes de Vie de Graham Joyce

Rendez-vous sur Hellocoton !

Son carnet rouge de Tatiana de Rosnay

6
mar

2

couv68570381J’ai reçu et lu il y a peu le recueil de nouvelles de Tatiana de Rosnay intitulé Son carnet rouge, du titre de la première nouvelle du recueil. Les écrits de Tatiana de Rosnay, je connais bien maintenant. Je l’ai découverte il y a quelques années maintenant avec son best-seller Elle s’appelait Sarah. J´ai enchaîné ensuite avec Boomerang, le cœur d’une autre et dernièrement Le voisin. Je dois encore lire Spirales et L’appartement témoin. Si vous lisez le blog, vous savez déjà tout çaSmile

Aujourd’hui j’ai découvert une nouvelle facette de cette auteure que j’aime beaucoup : l’auteur de nouvelles. Son carnet rouge est en effet un recueil de onze nouvelles dont le thème principal tourne à chaque fois autour du couple, de l’infidélité, de l’adultère, de la culpabilité et du pardon.

J’ai beaucoup aimé lire ces histoires. Certaines m’ont certes plu plus que d’autres mais dans l’ensemble elles ont toutes un petit quelque chose qui en rend la lecture agréable. Les pages se tournent et on arrive à la fin avant d’avoir eu le temps de faire ouf. La faute au style de l’auteure je pense. Si toutefois je ne devais en garder qu’une parmi les onze proposés ici, je choisirais la première Son carnet rouge qui donne, je trouve, non seulement son titre mais aussi le ton au recueil. Après je mettrais « Hôtel room ». C’est deux-là sont à mon sens les plus originales du recueil. Après ce qui est sûr, c’est qu’il y a chaque fois dans toutes ces nouvelles quelque chose de cruel et de cynique tout à la fois. La femme de la première nouvelle par exemple croit mener la danse et tromper son mari sans que celui-ci ne s’en rende compte. Mais au final telle est prise qui croyait prendre. La façon dont l’infidélité est mise à jour m’a aussi parfois amusé comme dans « Le répondeur », parfois sidéré. Ce qui m’a peut-être un peu dérangé, c’est les mots que prononce la jeune femme de « Les SMS » : la façon dont elle dit que l’infidélité du mari est dans l’ordre des choses. Parce que au final, dans chaque nouvelle, si on excepte la première c’est le mari qui est infidèle et trompe avec la baby-sitter, la meilleure amie ou un autre homme comme le mari de « La clé USB ». Tout se passe comme si l’infidélité de l’homme était inscrite dans l’ordre des choses. C’est un peu anachronique je trouve.

Il n’en demeure pas moins que Son carnet rouge est un bon petit recueil de nouvelles qui se lit vite (trop vite même j’ai envie de dire) et que je vous le recommande Smile

La quatrième de couverture : « Avant de s’en aller, elle enlève son alliance et la pose délicatement sur le capot de la voiture, sans un mot. » Le fruit est-il plus savoureux lorsqu’il est défendu ? L’interdit est-il synonyme de plaisir ? De la duperie démasquée à la vengeance machiavélique, Tatiana de Rosnay revisite les amours illégitimes et envisage tous les scénarios – tantôt tragiques, tantôt cocasses – avec une légèreté teintée de sarcasme, jusqu’à une chute toujours croustillante, parfois glaçante. Un jouissif « déshabillage » du délit conjugal, où le rire se mêle à la compassion et la transgression au désir.

Prochaine lecture : Café zébré, thé à la menthe de Caroline Fabre Rousseau

Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 6 mars 2015 | Tagué avec: , , | Quelque chose à ajouter ?

Les Color Elixir de Gemey Maybelline

5
mar

0

A moins de vivre sur une ile déserte, vous n’avez pas pu passer à côté de la nouveauté de Gemey Maybelline, j’ai nommé les Color Elixir. Oui je sais c’est sorti il y a déjà un bon bout de temps mais que voulez vous, j’ai pris mon temps avant de m’en acheter deux pour voir. J’ai pris mon temps ensuite pour les tester. Enfin j’ai pris mon temps pour écrire cet article Smile

color elixir gemey maybelline (2)

J’ai choisi le 505 Signature Scarlet et le 710 Rose Redefined parmi les sept teintes proposés en France (comme d’habitude, les américaines, elles, ont le choix entre une vingtaine de teintes! La vie est injuste).  C’est rigolo parce que le packaging des Color Elixir de Gemey Maybelline m’a tout de suite évoqué les Fluid Stick de Dior dont il faudra qu’on parle un de ces quatre’. Vous savez les laques à lèvres que Dior a sorti cet été. Oui c’est assez hallucinant la ressemblance. On a dans les deux cas, un joli tube présentant en trompe l’œil le raisin d’un rouge à lèvres classique.

Mais revenons-en au Color Elixir de Gemey Maybelline, si vous le voulez bien Smile

color elixir 505 Signature Scarlet

La tenue est excellente. La première fois où j’ai porté Signature Scarlet un joli rouge (c’est celui que je porte sur la photo au dessus si vous voulez tout savoir), même après avoir mangé et bu, le produit ne s’était pas complétement évaporé. J’ai même du démaquiller mes lèvres en fin de journée car il en restait dessus. Bon ok c’est le seul des deux qui tient à ce point. L’autre après le repas de midi j’ai dû en remettre Smile

J’ai aimé le rendu sur les lèvres. C’est brillant comme un gloss. Bon comme un gloss aussi, c’est un peu collant et les cheveux qui volettent au vent s’y accrochent Smile Rien de bien embêtant toutefois et pourtant Dieu sait que pour cette raison, je n’aime pas les gloss ! Après c’est pas aussi asséchant que les traditionnelles laque à lèvres, la faute sans aucun doute à l’huile de Grenade contenu dans la formule. Bon si ça n’assèche pas les lèvres, c’est pas non plus le produit hydratant par excellence et ça ne remplacera pas le baume à lèvres.

color elixir gemey maybelline (4)

L’application est facile aussi. L’embout mousse dépose juste ce qu’il faut de produit sur les lèvres. En deux temps trois mouvements le matin, c’est posé.

Color Elixir 710 Rose Redefined

Côté couleur, Rose Redefine est parfait pour maquiller les lèvres au quotidien sans en faire trop. Il rehausse leur couleur naturel et sait rester discret. C’est pas innocent donc si je le porte souvent celui-là Smile

Tout ça pour un peu moins de 10 euros.

En bref, pour moi, essayer les Color Elixir de Gemey Maybelline c’est les adopter Smile

Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 5 mars 2015 | Tagué avec: , , | Quelque chose à ajouter ?