Invisibilité de David Levithan et Andrea Cremer

25
août

0

invisibiliteJ’ai reçu fin juillet suite à un partenariat sur Livr@ddict avec les éditions Michel Lafond, Invisibilité de David Levithan et Andrea Cremer.

Stephen vit seul à New York depuis le décès de sa mère. Son père a refait sa vie à l’autre bout du pays et se contente de lui envoyer de l’argent. Il faut dire que Stéphen n’est pas comme les autres adolescents : il est invisible. Depuis sa naissance, personne n’a pu le voir. Depuis la mort de sa mère, il vit seul. Jusqu’au jour où Elisabeth et sa famille emménage à côté. Un jour où elle rentre avec des courses, elle voit Stephen. Une histoire d’amour nait entre les deux adolescents. Mais l’invisibilité de Stéphen est due à une malédiction et celui qui l’a lancé rode à New York prêt à faire encore plus de mal. Seule Elisabeth peut l’arrêter et sauver Stéphen. Réussira t’elle ?

Mon avis ? Bon là c’est difficile. Pas que je n’ai pas aimé. Non. Mais je n’ai pas non plus adoré. Ça  a été une lecture agréable mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable. D’ailleurs ça se voit, si j’ai lu ce roman très vite, j’ai mis un temps fou à écrire ma chronique à son sujet. Pourquoi ça ? Et bien parce que déjà toute la première partie qui relate la rencontre d’Elisabeth et de Stephen et la romance naissante entre les deux jeunes gens prend un temps fou. Il faut énormément de temps pour que le fantastique fasse réellement son apparition dans l’histoire. En plus j’ai trouvé que les auteurs cèdent parfois à la facilité. Tiens, j’ai trouvé que Laurie, le frère d’Elisabeth acceptait très facilement le fait que Stephen soit invisible et décide de l’aider lui et sa sœur.  Après paradoxalement, ça prend un temps fou pour que l’on apprenne l’existence des lanceurs de malédictions et des chercheurs de sorts alors même que c’est le cœur de l’intrigue. D’ailleurs, y a un truc qui m’a laissé perplexe si les chercheurs de sorts n’ont pas de pouvoirs et sont justes là pour faire régner l’ordre, comment se fait-il qu’Elisabeth ait le pouvoir d’adsorber les malédictions et ainsi d’en délivrer ceux qui en sont victimes. Et puis aussi comment les chercheurs de sorts peuvent-ils faire régner l’ordre ? Ça, c’est un mystère Smile  Je suppose que maintenant vous voyez pourquoi je n’ai pas été emballée plus que ça par ce roman. Les auteurs sont partis sur une idée intéressantes y a pas à dire mais ils ne sont pas allés au bout. Après l’écriture ne rattrape pas non plus l’ensemble. C’est agréable à lire. Les auteurs ont choisi un procédé narratif éculé puisqu’on alterne les points de vue : un chapitre Stephen, un chapitre Elisabeth. J’imagine que ce procédé a été rendu nécessaire par le fait que le roman a été écrit à quatre mains. En tout cas, si c’est sympathique à lire cela ne suffit toujours pas. Bref Invisibilité de David Levithan et Andrea Cremer est pour moi, vous l’aurez compris, une petite déception.

La quatrième de couverture : Stephen est invisible depuis toujours.
Une malédiction impossible.
Jusqu’au jour où Elizabeth le voit.
Elle seule peut briser le sort.
Au risque de les séparer à jamais.

Prochaine lecture : With song book 3 : Witch Fall

Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 25 août 2015 | Tagué avec: , , , | Quelque chose à ajouter ?

Un mariage d’amour de Françoise Bourdin

24
août

0

un mariage d'amourIl y a quelques semaines j’ai finis un nouveau roman de Françoise Bourdin, auteur que j’affectionne tout particulièrement vous le savez. J’avais en effet acheté lors de l’un de mes (nombreux) passages à la FNAC, Un mariage d’amour. Celui-là n’était pas à la base sur ma wishlist (j’étais plutôt partie pour lire La camarguaise cette fois) mais la quatrième de couverture m’a convaincue et je lui repartie avec.

Celui-là se déroule au Périgord. Victor Cazals, notaire à Sarlat, vient d’être quitté par sa femme qu’il aimait passionnément pour son jeune demi-frère, Nils. Anéanti, Victor accepte la proposition de son père de s’installer dans la grande demeure familiale désertée. Laissée à l’abandon depuis que son père est revenue vivre avec sa femme après la mort de sa maitresse, la mère de Nils, la maison nécessite de gros travaux qui son père l’espère distrairont Victor. Et en effet Victor s’absorbe très vite dans la remise en état de la vieille demeure et de son parc. C’est alors que surgit dans sa vie Virginie, une architecte venue s’installer à deux pas de chez lui pour fuir un ex-petit ami rancunier. Victor a fait la connaissance de la jeune femme alors qu’il traitait la vente de sa maison à l’étude notariale qu’il dirige avec son frère. Mais alors qu’il se rapproche de sa jolie voisine et qu’une romance débute entre eux sans qu’ils se l’avouent vraiment, Victor fait d’étranges découvertes dans le grenier de la maison. De fil en aiguille, il va mettre à jour un sombre secret de famille qui risque bien de tout faire volée en éclat y compris son idylle naissante avec Virginie.

Mon avis ? J’ai bien aimé dans l’ensemble. Je l’ai lu d’ailleurs très vite. La seule chose qui m’a gêné, c’est la psychologie de comptoir. Je m’explique : expliquer l’attitude de Nils, son manque de maturité par la mort de sa mère à laquelle il a assisté alors qu’il avait même pas deux ans, ok. Mais l’amener à se souvenir de toute la scène bien des années après et à raconter tout ça, là ça passe plus difficilement. J’ai l’impression que c’était un peu rapide et un peu facile pour expliquer que Nils avait grandi dans l’histoire et avait un peu plus de plomb dans la cervelle après tout ça. Bon allez, c’est certes mon gros bémol dans cette histoire mais c’est le seul. Sinon on trouve dans Un mariage d’amour tous les ingrédients qui font un bon Bourdin : une histoire qui se déroule dans le terroir français (là c’est Sarlat en Périgord noir) et un secret de famille.

La quatrième de couverture : Victor, brillant notaire et fils aîné des Cazals, vient trouver refuge à Sarlat. Quitté par sa femme pour son propre frère, Nils, c’est un homme anéanti. Il espère trouver la paix aux Roques, la grande bâtisse familiale. Mais la maison fut le théâtre d’un passé douloureux : un père absent, vivant un amour absolu dont est né un fils, Nils. En ouvrant les volets de la demeure, Victor ignore qu’il fera bientôt la lumière sur un secret plus noir que la nuit…

Prochaine lecture : Invisibilité de David Levithan et Andrea Cremer

Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 24 août 2015 | Tagué avec: , , | Quelque chose à ajouter ?

Rebel Romantic, la nouvelle collection de Kiko

20
août

0

J’avais un peu délaissé Kiko ces derniers temps. J’avais en effet été déçue de la qualité de certains produits. J’avais trouvé aussi que les prix avaient monté en flèche. Qualité moindre + prix qui montent = désaffection. CQFD.

Et puis Kiko a sorti sa nouvelle collection : Rebel Romantic.Et puis je suis passée en magasin pour regarder.La collection est très complète. Il y a un bronzer, un blush, six rouges à lèvres, des ombres à paupières crèmes, des crayons contours des lèvres, un eyeliner, une base à paupières, un miroir de poche, une trousse, etc… Y a vraiment tout, y a pas à dire!

rebel romantic kiko

J’ai craqué et je suis repartie avec deux des six rouges à lèvres de cette collection en édition limitée. J’ai flashé en effet pour le 03 Luscious Red et le 04 Mild Sangria.

Kiko 03 Luscious Red et le 04 Mild Sangria

On pourrait croire, à les voir comme ça, qu’ils sont très proches. Mais non. L’un tire sur le framboise, l’autre sur le rouge. La preuve :

IMG_7368 (640x427)

J’avoue avoir un petit faible pour Mild Sangria et porter celui-ci quotidiennement en ce moment. J’ai été agréablement surprise à la première application. le raisin glisse facilement sur les lèvres. C’est un plaisir. Côté tenue aussi ça va. Il tient plutôt bien. Bon la contrepartie est qu’il assèche un peu les lèvres (mais pas trop non plus). Bref, je l’adore ce petit Smile

Kiko RAL Mild Sangria

Seul bémol, le packaging. Il est tout beau dans son emballage doré. Oui mais après quelques jours dans le sac, les inscriptions s’effacent et il est tout rayé. Ça, c’est vraiment dommage. Après on ne va pas pleurer non plus. Pour 6,90 euros, on ne peut pas tout avoir! Et là c’est plutôt pas mal, je le dis et le répète.

Kiko 03 Luscious Red et le 04 Mild Sangria

Donc on l’aura compris, je suis conquise par ces deux rouges à lèvres. Maintenant je me dis que je devrais peut-être prendre les deux crayons qui vont avec. Mais le problème c’est que le blush me fait de l’œil. Donc si je passe en boutique, je ne réponds de rien, lol Smile

Kiko RAL Mild Sangria

Et vous conquise par cette nouvelle collection ? Vous avez déjà craqué ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 20 août 2015 | Tagué avec: , , , | Quelque chose à ajouter ?

Le grand Taksim

18
août

2

Ça fait un bail que je ne suis pas venue ici une bonne adresse de restaurant!! Dieu merci, j’ai une nouvelle adresse à partager mais attention, amis parisiens, il va falloir passer le périph’ pour venir à… Colombes, manger turc. J’ai en effet testé une nouvelle adresse de restaurant turc à deux pas de la gare de Colombes il y a peu : le Grand Taksim. Et ma foi, mes papilles en sont ressorties ravies.

 le grand taksim

Le choix a été dur mais finalement on a choisi pour commencer de prendre un assortiment de spécialités et de partager. Il y avait une feuille de vigne, du tarama, du caviar de tomates épicées, feta, etc… Rien que des bonnes choses. C’était bien servi et on a eu assez pour deux.

IMG_3100 (640x480)

En plat, j’ai choisi un Alti Ezmeli c’est à dire de la viande Kebab sur un lit de tomates épicées. Le tout était servi avec du blé. Ma foi, c’était drôlement bon.

IMG_3103 (640x480)

En dessert, j’aurai voulu des loukoums. Mais y en avait plus. Comme ils sont directement importés de Turquie, il faudrait attendre la prochaine commande. Dommage. Bon je me suis consolée avec un autre gateau qui ma foi, m’a très vite fait oublier les loukoums Smile

IMG_3110 (480x640)

Côté tarifs, ça reste raisonnable. Les entrées tournent autour de 5 euros. Comptez 5 euros par exemple pour le Sucuk (le saucisson turc) et 4.50 pour la salade bergère. Les plats, quant à eux, sont en moyenne à 12-13 euros.  Le plat que j’ai choisi ce jour-là coute par exemple 13 euros. Le kebab original lui est à 9,50.

Bref, le grand Taksin est une bonne adresse pour manger turc. J’ y retournerais sans hésiter.

C’est où ?

Le grand Taksim
14 Avenue de l’Agent Sarre
92700 Colombes
Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 18 août 2015 | Tagué avec: , , , | Quelque chose à ajouter ?