Sortie noire de Christian Laurella

16
déc

0

sortie noireJ’ai reçu il y a peu Sortie noire de Christian Laurella grâce à un partenariat sur Livr@ddict avec les éditions Taurnada. Aussitôt reçu, aussitôt lu. Sortie noire raconte d’un côté l’histoire de Daniel Pessard, un détenu qui vient d’obtenir sa semi-liberté et de l’autre celle d’Elisabeth, une femme qui vit retiré dans sa maison avec pour seule compagnie sa bonne, Marlène. Un jour, une lettre arrive pour prévenir Élisabeth que Daniel est désormais autorisé à sortir chaque jour de prison pour aller travailler. Marlène intercepte la lettre et se met à vouloir découvrir ce que cache sa patronne qui garde dans sa chambre une mystérieuse urne funéraire. Qui Élisabeth pleure-t’elle ? Pourquoi a t’elle été si troublée à la lecture de cette lettre ? Marlène ne reculera devant rien pour percer le mystère. Pendant ce temps, Daniel va chaque jour travailler dans une scierie et fait la connaissance dans le bus d’une jeune femme Norah. Cette dernière lui rappelle étrangement une femme qui a chérie par le passé sans réussir à se souvenir de qui elle était. Car si Daniel a perdu il y a vingt ans la liberté, il a aussi perdu la mémoire et ne se souvient pas de son crime.

Mon avis ? Franchement ? J’ai été déçue. Je m’attendais à beaucoup mieux. Au final, Sortie noire s’est révélée être un roman sans grande surprise, sans grand suspense non plus. Déjà dans sa forme, c’est assez convenu. L’auteur a en effet choisi de faire alterner les points de vue de Daniel et de Marlène. On suit ainsi les deux protagonistes alternativement. Petit à petit les paragraphes consacrés à l’un et à l’autre raccourcissent. c’est censé accroitre la tension dramatique. Mais là cela ne fonctionne pas et ça tombe plutôt à plat. C’est ballot pour un roman qui est censé être un thriller et donc être capable de maintenir le suspense d’un bout à l’autre. Je ne dirais pas que je me suis ennuyée mais enfin c’est pas loin. Heureusement le style de l’auteur est agréable. Du coup, ça se lit bien. Mais ça ne suffit pas. Il n’y a pas ce je ne sais quoi qui captive et fait d’un roman un excellent roman. J’ai trouvé l’intrigue sans surprise et limite tirée par les cheveux. Tenez l’amnésie de Daniel par exemple, c’est too much à mon gout. Ça permet simplement à l’auteur de faire tenir son intrigue debout sans trop se prendre la tête. La disparition du mari de Marlène aussi n’apporte pas grand chose à l’intrigue et qui plus est oriente trop le lecteur.

En bref, la lecture de Sortie noire de Christian Laurella est pour moi une déception. Dommage!

La quatrième de couverture : Après vingt ans passés derrière les barreaux, Daniel‚ prisonnier modèle et complètement amnésique‚ bénéficie d’un régime de semi- liberté et trouve un emploi dans une menuiserie. En parallèle‚ deux femmes, dont l’une est au service de l’autre, habitent une maison isolée en province. L’arrivée d’une lettre annonçant la libération de Daniel va bousculer l’apparente quiétude qui semblait être le quotidien des deux femmes et allumer un feu d’enfer dans la maison.

Prochaine lecture : Retour à Little Wing de Nickolas Butler

Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 16 décembre 2014 | Tagué avec: , , , | Quelque chose à ajouter ?

Niki de Saint-Phalle. « Il faut faire saigner la peinture! »

15
déc

0

J’ai reçu et lu récemment la biographie de Niki de Saint-Phalle d’Elisabeth Reynaud, intitulé Niki de Saint-Phalle. « Il faut faire saigner la peinture! » sortie à l’occasion de l’exposition consacrée à l’artiste au Grand Palais à Paris.

niki de saint-phalle

Je dois dire qu’avant cette lecture je ne connaissais peu ou proue l’artiste et son ouvre, n’étant pas vraiment fan d’art contemporain.  C’est au point que j’ai découvert à la lecture du livre d’Elisabeth Reynaud que Niki de Saint-Phalle et Jean Tinguely, son amour de toujours, étaient à l’origine de la fontaine Stravinski à côté de Beaubourg!

Donc si on en revient à cette biographie, j’ai appris plein de chose sur Agnès de Saint-Phalle dite Niki. A commencer par le fait que pour cette femme, l’art a d’abord été un exutoire à son mal-être.  Les fameux tableaux-tirs ont été pour elle une façon de régler ses comptes avec plein de gens que ce soit l’église, les gens bien-pensants ou plus prosaïquement son père qui l’a violé à l’âge de sept ans.

Dans cette biographie, Elisabeth Reynaud retrace le destin d’une femme exceptionnelle, possédée par une rage de vivre extraordinaire (tout du moins c’est ce qui ressemble de ce texte). Elle y va pas par quatre chemins et aborde tous les aspects de la vie de Niki de Saint-Phalle, sans fards, sans détours. Née à Neuilly sur Seine en 1930, celle qui deviendra plus tard Nikki grandit à New6york dans une famille de l’aristocratie. Elle fut un temps mannequin avant d’épouser l’écrivain américain Harry Matthews et de devenir mère. Mais très vite Nikki se rend que cette vie n’est pas faite pour elle. Elle se lance alors avec frénésie dans la création. D’abord peintre puis sculptrice, plasticienne ou encore réalisatrice, elle crée une œuvre protéiforme. Ce sera les tableaux-tirs puis les célèbres Nanas en passant par le jardin des Tarots en Toscane ou encore la fontaine Stravinski dont je parlais au début.

Elisabeth Reynaud réussit à nous faire pénétrer au plus intime de la vie de cette femme parmi les plus grands artistes contemporains. La biographie de Nikki de Saint-Phalle se lit comme un roman. J’ai particulièrement aimé le parti-pris de l’auteur de ne pas écrire un texte chronologique mais d’éclairer certains évènements par d’autres, de faire des redites, de revenir en arrière ou au contraire d’anticiper.

Bref moi ça m’a donné envie de découvrir d’avantage l’œuvre de cette artiste Smile

Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 15 décembre 2014 | Tagué avec: , , | Quelque chose à ajouter ?

Men, Women and children

10
déc

1

Il y a quelques jours, j’ai été invitée à aller voir Men, Women and Children le nouveau film de Jason Reitman (le réalisateur de Juno ou encore de Last Days of summer) qui sort aujourd’hui en salles.

men women and children affiche

Synopsis : Men, Women & Children brosse le portrait de lycéens et de leurs parents qui doivent affronter l’impact des nouvelles technologies sur leurs rapports, leurs modes de communication, l’image qu’ils ont d’eux-mêmes et leur vie amoureuse. Le film aborde ainsi plusieurs enjeux sociétaux, comme la culture des jeux vidéo, l’anorexie, l’infidélité, la course à la célébrité et la prolifération de contenus illicites sur Internet. Tandis que les personnages s’engagent dans des trajectoires, dont l’issue est parfois heureuse et parfois tragique, il est désormais évident que personne ne peut rester insensible à ce bouleversement culturel qui déferle sur nos téléphones, nos tablettes et nos ordinateurs.

men women and children

Dans Men, women and childrenJennifer Garner (Patricia Beltmeyer dans le film) incarne ainsi une mère possessive persuadée qu’Internet et les réseaux sociaux c’est le mal. Elle surveille sa fille Brandy, vérifie son compte Facebook, ses mails et ses sms tous les soirs et n’hésite pas à la traquer grâce au GPS de son téléphone portable qu’elle force l’adolescente à emporter partout avec elle.

men women and children jennifer garner

On a ensuite la jeune Elena Kampouris qui incarne Allison Doss, une pompom girl obsédée par son poids et qui a finit pour cette raison par sombrer dans l’anorexie et Olivia Crocicchia, sa copine Hannah dans le film qui ne rêve que de célébrité et organise avec sa mère des shooting photo qu’elle publie ensuite sur son site.

men women and children

On a aussi Ansel Elgort qui incarne un adolescent, Tim Mooney qui vit seul avec son père car sa mère est récemment partie vivre avec son amant en Californie. Le jeune homme a décidé de quitter l’équipe de football du lycée dont il était pourtant la star et passe désormais des heures enfermé dans sa chambre à jouer à des jeux de rôles en réseau.

men women and children

Et au final, ça donne quoi ? vous l’aurez compris Men, Women and children est un récit polyphonique sur des thèmes de société très actuels. Toutefois, si l’histoire est mignonne (surtout l’histoire d’amour naissante entre Brandy et Tim), pour moi ça n’a pas suffit. C’est gentillet, sans plus. Et malheureusement j’ai eu l’impression que parfois, ça sombrait carrément dans le cliché bête et méchant. Certes tout n’est pas bon à jeter mais ce n’est pas non plus LE film de cette fin d’année pour moi.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Beauté : des idées de cadeaux de 20 à 50 euros

9
déc

1

Il est temps de se mettre en quête des cadeaux de Noël. Pour ceux qui sècheraient un peu, je vous ai concocté une petite sélection pour votre mère, votre sœur, votre cousine, votre meilleure amie ou votre chérie Smile On commence avec la sélection allant de 20 à 50 euros car je pense que la grande majorité dès cadeaux que nous faisons sont dans cette gamme de prix. Pas de panique si ce n’est pas le cas, j’ai en réserve un post avec des tas d’idées à moins de 20 euros aussi Smile

Chez Séphora, j’ai vu le coffret Make up for Ever à 30 euros. Ce coffret contient un rouge à lèvre, un crayon contour des lèvres, un mini -mascara, un mini-pot de la poudre HD et une mini-primer. Attention, il n’y a qu’une seule couleur de rouge à lèvres proposé. Un petit conseil ? Réservez-le à une fille qui porte du rouge à lèvres Smile

mufe beauty kit

J’ai vu aussi la nouvelle palette Clarins à 46,50 euros. Dans une trousse en vinyle rouge se cache 4 fards à paupières, un blush, deux rouges à lèvres, un mini-mascara et deux pinceaux. Voilà donc une palette complète. Mon conseil ? Offrez-la à une fille toujours entre deux avions.

clarins noel 2014 (suite…)

Rendez-vous sur Hellocoton !
by Lilli de... le 9 décembre 2014 | Classé dans: Beauté | Quelque chose à ajouter ?