Je ne suis pas un salaud

Posted in Ciné, cinéma
on 24 février 2016

La semaine dernière, je suis allée voir en avant-première Je ne suis pas un salaud, le nouveau film d’Emmanuel Finkiel qui sortira le 24 février au cinéma.

je ne suis pas un salaud affiche

L’histoire commence lors d’une formation à Pole Emploi. Eddie (Nicolas Duvauchelle) est sans emploi. Pour tenter de s’en sortir, il suit des formations. Séparée de sa femme Karine (Mélanie Thierry), le soir, il traine dans les bars. Un jour il rencontre une jeune femme qu’il finit par raccompagner chez elle. Sur le chemin, Eddie repère deux gamins en train de voler un autoradio. Bien décidé à ne rien lâcher, Eddie s’en mêle mais très vite il est pris à partie par une bande de jeunes. L’altercation dégénère et l’un d’entre eux lui plante un tournevis dans le dos. Lors d’une séance d’identification, Eddy affirme reconnaitre un jeune de la cité, Ahmed (Driss Ramdi) comme étant son agresseur. Malgré les dénégations du jeune homme, il campe sur ses positions. La machine judiciaire se met en branle. Eddy qui a retrouvé sa femme et son fils et trouvé un nouveau travail, tente lui, de se reconstruire.

je ne suis pas un salaud

Le quatrième long métrage d’Emmanuel Finkiel en tant que réalisateur est plutôt une bonne surprise je dois dire. Nicolas Duvauchelle est époustouflant dans le rôle d’Eddie. Je comprend pourquoi il a reçu le Valois du meilleur acteur au Festival du Film Francophone d’Angoulême! Il interprète magistralement ce looser alcoolique, séparé de sa femme mais qui tente malgré tout de participer tant bien que mal à l’éducation de son fils qu’il ne veut pas décevoir. Et pourtant ce qui anime Eddie c’est avant tout d’être un homme bien, un bon père, un bon mari. Mais il n’arrive pas à rentrer dans le moule. Il n’arrive pas à garder un job et a fortori sa femme.

je ne suis pas un salaud

J’ai été aussi sensible à la manière dont ça a été filmé. Emmanuel Finkiel  a en effet choisi d’avoir recours à énormément de plans flous. J’ai trouvé que ça contribuait, avec la musique à accentuer le côté sombre, le désespoir qui se dégage du film. Je ne suis pas un salaud est en effet un film sombre, très sombre même où tout espoir est absent.

je ne suis pas un salaud

Je ne suis pas un salaud est un bon film. Si vous avez l’occasion d’aller le voir, n’hésitez pas!

1 Comment

  • auroreinparis

    Il me tente vraiment celui-ci !

    24 février 2016 at 22 h 22 min Reply
  • Répondre à auroreinparis Cancel Reply

    Répondre à auroreinparis Cancel Reply

    You may also like