Rebecca Kean, tome 1 : Traquée de Cassandra O’Donnell

Posted in Lecture
on 28 mai 2013

Rebecca Kean TraquéeIl y a deux semaines, j’ai fini de lire le tome 1 de la saga Rebecca Kean de Cassandra  O’Donnell intitulé Traquée. Je ne pouvais pas vous en parler avant même si l’envie m’en démangeait vu que je l’ai lu non seulement pour mon challenge ABC mais aussi dans le cadre d’une lecture commune sur Livr@ddict. Mais maintenant que nous sommes à la date fatidique pour rendre nos copies (euh non pardon, nos chroniques), je peux vous livrer mon ressentis face à cette lecture. Le roman s’ouvre alors que Rebecca Kean rentre chez elle. Alors qu’elle roule sur une route isolée, elle aperçoit un cadavre sur la chaussée. Alors qu’elle descend de voiture pour le pousser sur le bas côté, elle se retrouve nez à nez avec un vampire venu faire le ménage. Rebecca tente de fuir en se faisant la plus discrète possible car sous son aspect de mortelle se cache une redoutable sorcière de guerre condamnée à mort par les siens. Pour s’en sortir, elle passe un accord avec le vampire qui n’est autre que le maitre vampire de la région. Il garde son secret mais se réserve le droit de faire appel à elle et à ses pouvoirs si nécessaire. Quelques semaines plus tard, Rebecca est convoquée par l’assemblée des forces surnaturelles. Plusieurs membres des divers clans de la région ont disparu mystérieusement. L’assemblée menée par Raphaël le maitre vampire décide de charger Rebecca de retrouver pour leur compte les disparus des différents clans. Aidé par une femme loup garou, un semi démon, un lycanthrope et le maitre vampire lui-même, Rebecca mène l’enquête sur ces disparitions jusqu’au moment où sa propre fille est à son tour enlevée par une créature monstrueuse.

Bon oui ce n’est pas le genre de lecture dont j’ai l’habitude, il faut bien le dire. En effet cette saga est de la bit lit genre que je ne pratique pas beaucoup. La bit lit, c’est en effet un genre qui s’apparente à la fois à la fantaisy urbaine et à la chick lit. Littéralement bit lit se traduisant par “littérature mordante”. Le genre met en scène une héroïne confrontée au surnaturel ainsi qu’aux tracas de la vie quotidienne. Et là c’est exactement ça. Rebecca est un personnage surnaturel, une sorcière pour être exacte. Elle côtoie dans son quotidien vampires, loup garou, lycanthropes et démons tandis qu’elle est confrontée à sa fille qui va entrer dans l’adolescence et qu’elle doit gérer ses affaires de cœur. Pas de doute, on est bien face à de la bit lit si j’en crois la définition du genre :) Et j’ai aimé. Beaucoup aimé même. A tel point que j’ai littéralement dévoré ce roman et que maintenant  j’ai hâte de lire la suite.

La quatrième de couverture : Burlington…nouvelle Angleterre. Pas de délinquance, élue la ville la plus paisible des États unis, bref un petit havre de paix pour une sorcière condamnée à mort et bien décidée à vivre discrètement et clandestinement, parmi les humains. Malheureusement, en arrivant ici, je me suis vite aperçue que la réalité était tout autre et qu’il y avait plus de démons, de vampires, de loups-garous et autres prédateurs ici que partout ailleurs dans ce foutu pays. Mais ça, évidemment, ce n’est pas le genre de renseignements fournis par l’office de tourisme. Maudit soit-il…

Prochaine lecture :Le chasseur et son ombre de George R.R. Martin, Gardner Dozois & Daniel Abraham

2 Comments

  • Séverine (lamiss59283 sur LA)

    J’ai adoré ce roman et j’ai hâte de lire la suite

    28 mai 2013 at 22 h 44 min Reply
    • Lilli de...

      @Séverine : tu n’es pas la seule :)

      29 mai 2013 at 8 h 03 min Reply

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Vous pourriez aimer aussi :