Invisibilité de David Levithan et Andrea Cremer

Posted in Lecture
on 25 août 2015

invisibiliteJ’ai reçu fin juillet suite à un partenariat sur Livr@ddict avec les éditions Michel Lafond, Invisibilité de David Levithan et Andrea Cremer.

Stephen vit seul à New York depuis le décès de sa mère. Son père a refait sa vie à l’autre bout du pays et se contente de lui envoyer de l’argent. Il faut dire que Stéphen n’est pas comme les autres adolescents : il est invisible. Depuis sa naissance, personne n’a pu le voir. Depuis la mort de sa mère, il vit seul. Jusqu’au jour où Elisabeth et sa famille emménage à côté. Un jour où elle rentre avec des courses, elle voit Stephen. Une histoire d’amour nait entre les deux adolescents. Mais l’invisibilité de Stéphen est due à une malédiction et celui qui l’a lancé rode à New York prêt à faire encore plus de mal. Seule Elisabeth peut l’arrêter et sauver Stéphen. Réussira t’elle ?

Mon avis ? Bon là c’est difficile. Pas que je n’ai pas aimé. Non. Mais je n’ai pas non plus adoré. Ça  a été une lecture agréable mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable. D’ailleurs ça se voit, si j’ai lu ce roman très vite, j’ai mis un temps fou à écrire ma chronique à son sujet. Pourquoi ça ? Et bien parce que déjà toute la première partie qui relate la rencontre d’Elisabeth et de Stephen et la romance naissante entre les deux jeunes gens prend un temps fou. Il faut énormément de temps pour que le fantastique fasse réellement son apparition dans l’histoire. En plus j’ai trouvé que les auteurs cèdent parfois à la facilité. Tiens, j’ai trouvé que Laurie, le frère d’Elisabeth acceptait très facilement le fait que Stephen soit invisible et décide de l’aider lui et sa sœur.  Après paradoxalement, ça prend un temps fou pour que l’on apprenne l’existence des lanceurs de malédictions et des chercheurs de sorts alors même que c’est le cœur de l’intrigue. D’ailleurs, y a un truc qui m’a laissé perplexe si les chercheurs de sorts n’ont pas de pouvoirs et sont justes là pour faire régner l’ordre, comment se fait-il qu’Elisabeth ait le pouvoir d’adsorber les malédictions et ainsi d’en délivrer ceux qui en sont victimes. Et puis aussi comment les chercheurs de sorts peuvent-ils faire régner l’ordre ? Ça, c’est un mystère :)  Je suppose que maintenant vous voyez pourquoi je n’ai pas été emballée plus que ça par ce roman. Les auteurs sont partis sur une idée intéressantes y a pas à dire mais ils ne sont pas allés au bout. Après l’écriture ne rattrape pas non plus l’ensemble. C’est agréable à lire. Les auteurs ont choisi un procédé narratif éculé puisqu’on alterne les points de vue : un chapitre Stephen, un chapitre Elisabeth. J’imagine que ce procédé a été rendu nécessaire par le fait que le roman a été écrit à quatre mains. En tout cas, si c’est sympathique à lire cela ne suffit toujours pas. Bref Invisibilité de David Levithan et Andrea Cremer est pour moi, vous l’aurez compris, une petite déception.

La quatrième de couverture : Stephen est invisible depuis toujours.
Une malédiction impossible.
Jusqu’au jour où Elizabeth le voit.
Elle seule peut briser le sort.
Au risque de les séparer à jamais.

Prochaine lecture : With song book 3 : Witch Fall

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pourriez aimer aussi :