Browsing Tag:

Estelle Tharreau

De la terre dans la bouche d’Estelle Tharreau

Posted in Lecture
on 9 avril 2018

Aujourd’hui on parle encore lecture. Je viens en effet de finir le troisième roman d’Estelle Tharreau, De la terre dans la bouche paru aux éditions Taurnada (merci à l’editeur pour l’envoi). Je vous raconte ?

L’histoire débute chez le notaire. Elsa vient en effet d’enterrer Rose, sa grand-mère avec qui elle vivait depuis la mort de sa mère. Elle hérite alors d’une grosse somme d’argent et d’une maison isolée au milieu des bois, La braconne. Contre l’avis de sa tante, elle décide de s’y rendre. La bas, elle fait la connaissance de Fred, le petit-fils de Georges, un ami de sa grand-mère. Elle s’installe dans la maison mais très vite, elle se sent épiée. Puis, elle découvre des photos pliées montrant Rose et des gens du coin. Que cherche t’on à lui dire ? Elsa décide de fouiller le passé suite a faire resurgir de vieilles rancœurs. Aidée de Fred et de Franck, le propriétaire du café du coin, elle commence à interroger les quelques survivants du massacre de La chênaie perpétue par les allemands alors qu’ils battaient en retraite.

Mon avis ? Continue reading

Rendez-vous sur Hellocoton !

Orages d’Estelle Tharreau

Posted in Lecture
on 11 mai 2016

oragesJe viens de finir Orages d’Estelle Tharreau et je dois dire que j’ai été bluffée. L’histoire démarre alors que Béatrice Clar, comptable et mère célibataire et sa fille Célia, une ado de 16 ans vont s’installer à Sauveur, un étrange petit village où elle vient de décrocher un job. Le village vit bien grâce aux largesses d’une vieille femme richissime, Flore Lebon. Pourtant tout n’est pas tout rose et deux familles se détestent et empêchent leurs enfants respectifs, Yann et Maddy de se fréquenter. Mais surtout la fille de la précédente comptable du village est morte dans d’étranges circonstances. Sa mère a eu un accident de cheval le lendemain. Célia et sa mère suspectent une sombre histoire. Très vite, la mère et la fille vont découvrir que ce n’est pas la première disparition de jeunes filles au village. Chacune de leur côté, elles vont se lancer dans une enquête qui les mènera  a de sombres histoires remontant au début du XXème siècle.

Mon avis ? Waouh, Waouh, Waouh!!! Si au début, j’ai pas trouvé ça très excitant, j’ai très vite déchanté. Très rapidement, je n’ai eu qu’une hâte c’était de poursuivre ma lecture coute que coute. Pourtant comme je vous l’ai dit, au départ ce n’était pas gagné. L’installation de Célia et de sa mère à Sauveur ne m’a pas passionné plus que ça. En plus j’ai été sceptique sur le mode de narration qui alterne les chapitres écris à la première personne et ceux à la troisième personne. On alterne en effet les chapitres racontés du point de vue de Béatrice Clar (ceux écrit à la première personne) et ceux racontés d’un point de vue externe (on suit par exemple Célia et ses amis Maddy et Yann). Je me suis dis que cela allait amener l’auteur à user de facilités. Franchement au départ ça m’a un peu gêné. Et puis très vite cet aspect a disparu et l’histoire m’a happée. J’ai adoré l’intégration du journal de Marthe, une fermière qui a vécu au village au début du XXème siècle au récit même si j’avais vu la manière dont il allait être découvert à des kilomètres. C’était ultra-prévisible :)

Après j’ai adoré la manière dont l’histoire est menée. J’ai aimé toutes ces allusions aux sorcières et guérisseuses qui sévissaient dans les campagnes dans les années 1900. Attention, l’auteur ne cède pour autant à la facilité et n’emploie pas le fantastique. Tout est en effet très rationnel. C’est crédible, c’est totalement crédible. Bon ok certains point de détail sont faux (Béatrice Clar ne peut pas se prétendre experte-comptable en ayant seulement suivi une formation en comptabilité par correspondance). Mais on s’en fout, n’est pas ? :)

En conclusion Orages d’Estelle Tharreau est un excellent thriller. Je vous en recommande la lecture :)

Un grand merci aux éditions Taurnada pour cet envoi!

La quatrième de couverture : Si vous éleviez seule une fille de seize ans et que votre petit ami devenait trop encombrant, refuseriez-vous un travail et une belle maison dans un village de carte postale où tout le monde semble prêt à vous aider ? Il est probable que non. Pourtant, vous auriez tort !
Les nuits d’orage peuvent s’avérer mortelles pour qui ne sait pas lire entre les lignes du présent et celles d’un passé enfoui depuis plus d’un siècle dans un cahier d’écolier jauni et écorné.

Prochaine lecture : Les ravagé(e)s de Louise Mey

Rendez-vous sur Hellocoton !