Combien de Douglas Kennedy

Posted in Lecture
on 10 juillet 2012

A l’occasion d’un passage à New York pour le nouvel an, le narrateur retrouve d’anciens camarades de fac. Au fil des discussions, il se rend compte que tous ou presque travaillent ou ont travailler à la bourse de New York, que tous sont animés par une seule volonté : gagner de l’argent, beaucoup d’argent. De ces discussions nait l’envie de voir comment cela se passe ailleurs. S’en suit un périple à travers le monde et ses places financières. De Casablanca à Sydney en passant par Singapour ou Budapest, le narrateur visite les bourses et interview les traders qui y travaillent. Voilà comment on peut résumer en quelques lignes Combien ? de Douglas Kennedy.

Actuellement je suis avec le narrateur à Budapest quelques mois après la chute du mur de Berlin et alors que la bourse de la capitale hongroise s’apprête à rouvrir. Et je dois dire que je m’ennuie. J’ai mis un temps fou pour arriver là et je ne suis même pas sure de finir les quatre-vingt pages qui me reste. Si Douglas Kennedy s’était limité à écrire ce type de récit de voyage (le livre a été écrit en 1990 et est un des premiers parus de cet auteur), je n’aurai probablement pas lu grand chose de lui. Car Combien ? désarçonne le lecteur habitué aux intrigues de Mr Kennedy. Là en effet on ne peut pas dire qu’il y ait à proprement parler une intrigue, le narrateur nous restitue ses observations sans fioritures. Personnellement je n’ai pas été emballée mais si vous, malgré tout vous êtes curieux d’en savoir plus sur l’auteur ou le livre, n’hésitez pas à consulter sa page facebook.

La quatrième de couv : L’argent nous définit. L’argent nous tente et nous effraie. L’argent trouble notre sommeil et nous fait bondir hors du lit chaque matin. L’argent crée la pagaille mais qu’y a-t-il de plus passionnant que l’immense pagaille humaine ?

Quand il entame la rédaction de Combien ?, Douglas Kennedy a trente-cinq ans, pas un sou en poche et serait bien incapable de discuter actions ou investissements. Mais s’il n’est pas un as de la finance, Kennedy est le plus fin des observateurs. Car après tout, écrire sur l’argent, n’est-ce pas écrire sur la condition humaine ? Et notre explorateur des âmes d’entamer un périple dans les grands bastions de l’argent : New York, Singapour, Londres. Mais aussi les nouvelles places émergentes : la Bourse de Casablanca, sorte d’annexe du souk ; Sydney et ses salles de marché à la Star Trek ; et la toute jeune Bourse de Budapest qui passe brutalement du communisme à l’économie de marché. Autant de rencontres, cocasses ou désabusées, pour une comédie humaine passionnante autour du rôle central qu’occupe l’argent dans nos vies. Car aujourd’hui plus que jamais, en avoir ou pas, là est la question…

Prochaine lecture : Shim Chong, fille vendue

Douglas Kennedy au pays de l’argent. Dans la lignée d’Au pays de Dieu et d’Au-delà des pyramides, un voyage à travers les places financières du monde pour une étude drôle et piquante sur notre rapport à l’argent. Loin des clichés, porté par la plume géniale de Kennedy, un document qui n’a rien perdu de son actualité, bien au contraire…
L’argent nous définit. L’argent nous tente et nous effraie. L’argent trouble notre sommeil et nous fait bondir hors du lit chaque matin. L’argent crée la pagaille mais qu’y a-t-il de plus passionnant que l’immense pagaille humaine ?

3 Comments

  • Angélita

    Perso, j’ai découvert une nouvelle facette qui m’a bien plu

    10 juillet 2012 at 13 h 07 min Reply
    • Lilli de...

      @Angelita : c’est vrai que c’est une autre facette mais j’ai pas réellement accroché avec.

      @Marion : j’y compte bien :)

      14 juillet 2012 at 9 h 11 min Reply
  • Marion

    Il fait partie de ma liste de bouquins à lire alors je te dirai ce que j’en ai pensé :D

    Bises!

    M.

    12 juillet 2012 at 11 h 21 min Reply
  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Vous pourriez aimer aussi :