Au-delà d’un destin de Jean-Marc Dhainaut

Posted in Lecture
on 19 octobre 2016

au-dela-dun-destion

Aujourd’hui on va parler bouquin. J’ai reçu dans le cadre d’un partenariat sur Livr@ddict, Au-delà d’un destin de Jean-Marc Dhainaut (un grand merci à l’auteur pour cet envoi).

Maxime Delcote vit dans le nord de la France avec sa mère, Julienne et sa petite fille, Sophie gravement malade. Un beau matin, il part au travail mais a un accident de voiture; il se réveille en 1214 en plein Moyen-Age. Tout le monde l’appelle Jean et il est garde au château. Mais alors qu’il ne se rappelle de rien, il est jeté dehors par le capitaine des gardes qui n’apprécie pas la plaisanterie. Il est recueilli alors par Bertrand, un paysan qui l’a ramassé dans l’enclos de ses porcs. Dans la chaumière de Bertrand, il fait la connaissance d’Elise, sa femme et d’Adeline, sa fille. Petit à petit Maxime tombe amoureux de la jeune fille même s’il ne perd pas l’espoir de repartir à son époque retrouver sa mère et sa fille. Pendant ce temps, la guerre se rapproche du village et l’inquiétude grandit parmi les villageois.

Mon avis ? Mouais. J’ai été très déçue. Ce roman manque cruellement d’originalité. C’est très convenu.

[Attention si vous continuez votre lecture, je risque de vous spoiler un peu l’histoire]

Dès les premières pages, j’avais compris que Maxime avait eu un accident de voiture et qu’il était dans le coma à l’hôpital. Les voies qu’il entend, j’avais compris qu’il s’agissait du personnel médical ou de ses proches. Dans le dernier tiers du roman, c’est carrément dit explicitement. On a les BIP des machines de réanimation. On a aussi les termes médicaux d’un réanimation. On devine les médecins qui s’activent autour de Maxime et essaient de le réanimer. Bref rien de bien original et rien que du prévisible.

Même la fin est assez prévisible : Maxime est intervenu dans le passé, a changé le cours du destin et doit en payer les conséquences; c’est un poncif des voyages dans le temps ça! C’est pas très original, plutôt convenu aussi.

Le seul point original est la remise en cause des stéréotypes du Moyen-Age. L’auteur met en effet dans la bouche de son personnage de l’étonnement quand il confronte la réalité à ce qu’il a appris des moeurs de son époque. Les paysans de cette époque ne seraient ainsi pas sales et ne jureraient pas comme des charretiers. J’ai aimé l’idée de relativiser. Malheureusement cela ne suffit pas à faire un bon roman.

Bref Au-delà d’un destin de Jean-Marc Dhainaut est pour moi une grosse déception. Je m’attendais à quelque chose de bien mieux que ça.

La quatrième de couverture : 2013, Maxime Delcote, ouvrier à l’usine, vit modestement dans un coron du Nord avec sa mère et sa fille de 8 ans, Sophie, gravement malade. An de grâce 1214, un matin, Maxime se réveille en plein Moyen Âge. Il est garde dans un château et ne comprend rien à ce qui lui arrive, ni même pourquoi on l’appelle d’un prénom qui n’est pas le sien. Le croyant devenu fou, ses supérieurs le jettent dehors. Là, le destin se met en marche. Seule la jolie Adeline semble le comprendre. Maxime osera-t-il lui avouer ses sentiments? Reverra-t-il les siens? Devra-t-il défier son propre destin au risque d’en payer le prix ? Le temps est malléable et quand on a passé la frontière, tout est possible…

Prochaine lecture : Les traqueurs de Antoine Bombrun

5 Comments

  • zélie

    Je trouve ton article très intéressant de ton point de vue. Mais je ne pense pas que le but de l’auteur était de faire du nouveau mais de faire tout simplement comme il l’a écrit au début.

    22 octobre 2016 at 20 h 24 min Reply
  • Dhainaut Jm

    Alors. Je profite de votre réponse pour clarifier les choses. D’abord “chère Lili”, vous avez lu ce roman dans le cadre d’un partenariat avec moi et Livraddict. Pour une raison encore inconnue, ou peut-être une certaine frustration, je l’ignore, vous avez, pour votre chronique sur votre blog, non seulement plombé le roman (c’est votre droit de ne pas aimer un roman et de le dire), mais vous avez, comme vous le faites ici, spolié le contenu de l’histoire. Sachez que j’ai blacklisté vote blog “http://www.lapetitechronique.com/ dont l’attitude est inadmissible. Ne pas “prétendument” aimer un roman est une chose, mais en spolier le contenu est un manque de respect envers l’auteur qui vous a fait confiance, mais aussi envers vos lecteurs. Un comportement indigne pour un blog littéraire et ceci ne sera pas oublié.

    23 octobre 2016 at 14 h 01 min Reply
  • Dhainaut Jm

    Je précise que ce n’est pas votre critique le problème, je respecte votre avis et le fait de ne pas avoir aimé, mais le fait d’avoir spolié sciemment le contenu, et surtout de l’avoir fait sur Amazon (visiblement vous prenez plaisir à le faire). Je ne peux pas m’y opposer, c’est votre droit, tout comme c’est le mien d’exprimer ce que j’en pense et de porter réclamation.

    23 octobre 2016 at 14 h 53 min Reply
    • Lilli de...

      Cher Jean-Marc, n’est-ce pas étrange que vous remettiez en cause ma critique pour cause de soi disant spoiler quand je lis sur votre page Facebook que vous respectez le choix du chroniqueur de spoiler le roman ? Je vous cite : “meme si cela parait curieux de gâcher le plaisir du lecteur en lui racontant la fin et meme toute l’histoire, c’est le choix du chroniqueur et je le respecte”. Évidemment cette chronique se termine de facon plus positive que la mienne. Ceci explique sans doute cela.
      Peut-être ai-je blesse votre ego d’auteur en mal de reconnaissance ?
      Ceci dit quand on publie, on doit penser que l’on ne plaira pas à tout le monde et qu’il y aura des critiques négatives. Vous avez cherché une exposition en proposant votre livre sur livraddict. Il faut savoir maintenant accepter les retours bons ou mauvais.
      Désolée de trouver que Au delà d’un destin ne mérite pas sa place en librairie. C’est mon avis, respectez-le.

      Page Facebook de Jean-Marc Dhainaut

      23 octobre 2016 at 17 h 41 min Reply
  • Jean-Marc Dhainaut

    D’abord vous lisez entre les lignes. Je ne remets pas en cause votre critique, qu’elle soit négative est acceptable, mais quel est votre intérêt de prendre plaisir à dévoiler le contenu ? Vous pouviez très bien prétendre avoir deviner la trame sans pour autant en dévoiler les éléments. Que gagnez-vous à le faire ? C’est cela que je n’admets pas. Et de la même manière que je vous demande de les retirer, je l’ai fait avec le blog que vous indiquez à plusieurs reprises. Souhaitez-vous qu’il en témoigne ? Il ne l’a pas fait et je le déplore toujours, mais je ne peux rien y faire et que sa critique soit plus positive que la vôtre n’y change rien. Car ce blogueur s’en est tenu à ne spolier l’histoire que sur blog, pas sur Amazon, pas partout où il pouvait laisser un commentaire sur le roman, comme vous l’avez fait. Bien sur, je ne peux empêcher personne de spolier une histoire, mais bon sang : est-ce la mère à boire de respecter un peu le travail ? Même si on ne l’aime pas ? En quoi cela changera-t-il votre critique à faire preuve de ce bon sens ? Pour prétendre que mon roman soit nul, aviez-vous besoin de le descendre davantage en agissant ainsi ?

    23 octobre 2016 at 18 h 58 min Reply
  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Vous pourriez aimer aussi :